Test – Kingston IronKey Keypad 200 : une clé USB haut sécurité savamment réfléchie

L’un des plus grands fabricants de dispositifs de stockage au monde a récemment lancé une nouvelle clé USB haute sécurité. D’un niveau militaire, cette dernière présente un clavier matériel alphanumérique destiné à protéger vos données personnelles. Un concept qui n’est pas nouveau, mais la version de Kingston vaut-elle le détour ?

Un design réfléchi

À l’heure du tout tactile, la présence d’un clavier physique sur la clé USB IronKey Keypad 200 de Kingston a de quoi interloquer. Cet aspect ravivera forcément de vieux souvenirs chez certains. Fort heureusement, le constructeur a veillé à fournir un boitier qui permet à la fois de protéger la clé et son clavier et de moderniser son apparence.

L’accessoire est résistant, que ça soit à l’extérieur ou à l’intérieur puisque ses circuits sont recouverts d’une couche d’époxy « qui rend pratiquement impossible le retrait des composants sans les endommager ». Un bon point pour Kingston.

On note également que le clavier a été revêtu d’un polymère protecteur qui empêche l’analyse des empreintes digitales. Impossible de savoir quels chiffres ont été tapés sur le clavier comme dans les films.

La sécurité à tous les niveaux

Ce qu’il faut garder en tête avec l’IronKey Keypad 200, c’est qu’elle ne s’adresse pas à monsieur et madame Tout-le-monde. Le niveau de sécurité qu’elle fournit a en effet été pensé pour des personnes qui souhaitent protéger des documents confidentiels ou sensibles – même si on peut y stocker les photos de ses dernières vacances au ski – qui ne rechignent pas à l’idée de retenir plusieurs séquences de codes pour utiliser leur clé USB.

Car oui, il faudra mémoriser différentes manipulations pour déverrouiller et accéder à son contenu, mais aussi la déverrouiller, la réinitialiser ou encore la prêter à autrui grâce à un code utilisateur.

Se familiariser avec l’IronKey Keypad 200 exige du temps, surtout pour appréhender et retenir les différentes étapes et fonctionnalités. Un mal pour un bien puisqu’elle se révèle effectivement très sécurisée.

Au bout de 10 tentatives erronées – les codes doivent compter entre 7 et 15 chiffres –, « la protection contre les attaques par force brute chiffrera la clé, détruira les données à jamais et la réinitialisera ».

De plus, grâce à son système de chiffrement matériel, elle ne dépend d’aucun système d’exploitation et peut fonctionner directement – sans logiciel – avec tous.

Mais si cela ne suffisait pas, elle est équipée de dispositifs de chiffrements sophistiqués, dont un cryptage XTS-AES 256 Bits. On peut également souligner qu’elle a passé les tests de certifications en laboratoire pour le niveau de sécurité FIPS 140-3 Level 3 du NISTI, à savoir un niveau militaire.

Pratico-pratique

Au-delà de son aspect sécurisé, la clé USB IronKey Keypad 200 ressemble à beaucoup d’autres. D’une capacité de stockage de 8 à 128 Go – ce qui est loin d’être énorme –, elle est compatible USB 3.2 Gen1 et son débit maximal est de 145 Mo/s en lecture et de 115 Mo/s en écriture. Des caractéristiques correctes, mais qui ne lui permettent pas d’offrir une expérience premium.

Mais le fait est que l’objectif de Kingston avec sa clé USB est avant tout d’assurer une sécurité totale aux utilisateurs, quitte à se montrer plus humbles au niveau des performances. Et à ce niveau, le fabricant remplit parfaitement le contrat

Un niveau de sécurité qui a un prix. Comptez entre 130 et 300 euros en fonction de la capacité de stockage. 

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20