Les marchés:
Markten inladen...

DIMANCHE 05 AVR

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

flygskam : La honte de prendre l’avion

Logo Business AM
Économie

17/04/2019 | Dominique Dewitte | 6 min de lecture

Un nombre croissant de Suédois se sentent coupables lorsqu’ils voyagent en avion en raison des émissions de CO2 qu’ils produisent. En Suède, il y a même un mot pour cela : « flygskam ». Traduit en français, il s’agit d’une sorte de « honte de voler ».

Le transport aérien représente 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. On s’attend à ce que le nombre de passagers aériens dans le monde double au cours des vingt prochaines années.

Le train remplace l’avion

De nombreux Suédois optent pour le transport ferroviaire. Par exemple, le gouvernement des Verts et les sociaux-démocrates ont récemment décidé de débloquer 5 millions d’euros pour financer des trains de nuit dans diverses grandes villes européennes.

Selon le quotidien suédois Svenska Dagbladet, « la vente de billets Interrail a augmenté d’un peu plus de 60 % l’année dernière ». Les estimations pour cette année pointent vers une augmentation similaire. Selon le CEO, l’augmentation des réservations ne doit être attribuée qu’à une plus grande prise de conscience de l’effet de serre.

Les voyages en train sont particulièrement populaires parmi les jeunes Suédois. Le mouvement est devenu populaire grâce à des personnalités médiatiques telles que la jeune militante du climat Greta Thunberg, qui s’est rendue en train au Forum économique de Davos en Suisse.

Les médias réagissent au phénomène

Les médias réagissent également au phénomène de la honte de voler. Dans le journal britannique The Guardian, le journaliste environnemental John Vidal se félicite de ce choix : «Les scientifiques prônent un changement rapide et radical de notre mode de vie afin de prévenir le réchauffement climatique. Dans ce contexte, le vol est le moyen de transport le plus destructeur. Alors posons les bonnes questions. »

La Libre Belgique donne la parole à Axel Gosseries. Il étudie l’éthique économique et sociale au Fonds national de la recherche scientifique (NFWO/NFRS). Selon lui, la politique reste essentielle pour réduire l’impact des vols, par exemple, mais les actions individuelles des citoyens conservent toute leur signification.

Les actions ne manquent pas en Suède. Par exemple, il y a le compte Instagram Aningslösa Influencers qui dénonce l’impact climatique des voyages aériens effectués par des célébrités. Il compte maintenant plus de 62 000 suiveurs.

Une autre initiative a été publiée par le journal Dagens Nyheter: 250 personnes du monde du cinéma ont signé un appel pour demander à l’industrie cinématographique de limiter autant que possible les tournages à l’étranger et les voyages aériens correspondants.

Scandinavie et changement climatique

En raison de sa situation géographique, la Scandinavie est bien sûr durement touchée par le changement climatique. Tout comme la Finlande et la Norvège, une partie du territoire suédois se situe au-dessus du cercle polaire, où la glace qui fond rapidement a un impact majeur sur l’environnement.

Mais tous ces pays comptent déjà parmi les peuples les plus respectueux de l’environnement du monde. C’est pourquoi, lors des élections de la semaine dernière, les populistes du Parti Finlandais ont échangé leur cheval de bataille traditionnel de l’immigration contre le changement climatique. Leur message était très simple :  » Nous en avons fait assez « .

Selon les populistes finlandais, la population active paye excessivement le prix des mesures en faveur du climat. Une question fréquemment posée est la suivante: pourquoi un petit pays comme la Finlande devrait-il faire plus d’efforts que les grands pollueurs tels que les États-Unis, la Chine et l’Inde?

WOW Air, Jet Airways,…

Entre-temps, la honte de voler a aussi fait ses premières victimes. La compagnie aérienne indienne Jet Airways est aux prises avec de graves problèmes financiers et a suspendu ses vols à l’étranger. Il y a quelques semaines, la compagnie low-cost islandaise WOW Air a fait faillite.

Selon les experts de l’aviation, cela est en partie dû à la honte des vols. « De nombreuses entreprises n’ont pratiquement aucune réserve, ce qui signifie qu’une baisse de seulement quelques pourcents du taux d’occupation peut être fatale. »

Ryanair
© Ryanair

Ryanair: l’un des 10 plus grands pollueurs aériens d’Europe

Une analyse de l’agence de recherche bruxelloise Transport & Environment montre que la compagnie aérienne low-cost Ryanair est l’un des 10 plus gros pollueurs aériens d’Europe.

C’est la première fois qu’une entreprise n’appartenant pas au secteur de l’énergie figure dans le top 10 des entreprises les plus polluantes. Le reste du top 10 se compose exclusivement de centrales à charbon, dont sept sont situées en Allemagne. La centrale de Belchatow en Pologne est le numéro 1.


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks