Silencieuses, rechargeables partout, facilement déployables: les motos électriques, la prochaine pièce maîtresse des forces spéciales ?

De plus en plus d’armées s’intéressent aux motos électriques, et à leurs avantages tactiques par rapport aux motos thermiques. Les premiers tests semblent prometteurs.

Les motos électriques gagnent de l’intérêt : on en voit de plus en plus sur les routes. Mais au-delà de son usage dans le civil, la moto électrique commence également à intéresser de plus en plus les militaires, rapporte le média spécialisé Electrec.

Différentes armées se sont mises à tester les motos électriques, tout comme d’ailleurs les vélos électriques. Elles ne s’y intéressent pas pour des raisons écologiques, mais pour leur intérêt tactique : les motos électriques ont pour avantages d’être à la fois plus silencieuses et de produire moins de chaleur, ce qui permet d’approcher un ennemi en risquant moins d’être repéré. De plus elles peuvent se recharger avec des panneaux solaires plutôt que de devoir transporter du carburant, à condition que la météo soit favorable. Elles peuvent aussi être moins chères que leurs équivalentes à énergie fossile.

C’est ce que les armées australiennes et britanniques ont noté après leurs essais. Au Royaume-Uni, les motos de la marque Sur Ron ont été testées pour des livraisons via air-drop (livraison depuis l’air, avec parachute). Ces motos sont également très habiles pour le tout-terrain, et ont surpassé des motos thermiques dans des courses. Elles sont en plus très légères : elles ne pèsent que 47 kilos, ce qui est particulièrement utile pour les déployer par hélicoptère ou par parachute.

L’armée australienne a testé les motos de la marque Stealth, fabriquées sur le continent même. Plus exactement des hybrides entre motos et vélos, ces engins peuvent atteindre 80 km/h. Elles pèsent 51 kilos et ont une autonomie de près de 100 kilomètres. L’armée en a publié une vidéo :

Juste à côté de l’Australie, la Nouvelle Zélande a également mis à l’épreuve des motos électriques. Il s’agit de motos de la marque UBCO dotées de deux roues motrices. Elles ont également un espace avant et arrière pour porter des équipements. Cette machine avait été développé, à la base, pour l’agriculture.

Opérations spéciales

D’autres tests ont été effectués pour des opérations spéciales où des unités spécifiques doivent s’approcher d’un lieu sensible sans se faire repérer. Souvent, elles doivent marcher loin en transportant du matériel lourd. Dans ce cas de figure, les motos électriques se sont avérées utiles, car endurantes en tout-terrain et silencieuses. Les soldats arrivaient alors plus rapidement, et étaient moins fatigués.

Vélos électriques

Les vélos électriques utilisés par les militaires ne sont pas les mêmes modèles que ceux qu’ont peut trouver dans le monde civil : ils sont bien plus puissants. Les armées de plusieurs pays sont en train de tester les vélos de la marque QuietKat, qui peuvent développer une vitesse bien supérieure à celles autorisées pour les assistants de pédalage dans le civil (25-30 km/h, au-delà une plaque d’immatriculation est nécessaire).

Voici un test de l’utilisation du modèle accessible au public :

Le média spécialisé dans l’électrique ajoute encore que le phénomène devient de plus en plus fréquent. Il rapportait auparavant un test militaire par-ci par-là, mais aujourd’hui il constate ce type d’événements tous les mois. Il ajoute encore qu’il sera peu probable que les armées remplacent tous les véhicules (des motos quatre-roues sont par exemple aussi beaucoup utilisées) par des motos électriques, mais ces dernières peuvent être une solution intéressante pour diversifier l’arsenal.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20