Selon Jim Cramer, il est temps d’investir dans le pétrole

Jim Cramer de CNBC a conseillé mardi aux investisseurs de faire travailler leurs liquidités sur le pétrole, maintenant que la chute des prix est largement terminée.

Pourquoi est-ce important ?

Avec l’inflation galopante, les investissements sûrs sont de plus en plus rares. Dans ce contexte difficile, Jim Cramer, animateur de Mad Money sur CNBC et ancien gérant de fonds d’investissement, conseille d’investir dans le pétrole.

L’actualité : Le cours du pétrole étant dans un creux, il est temps d’investir dedans.

  • Cramer a déclaré que la prédiction de l’analyste des matières premières Carley Garner – une liquidation des prix du pétrole – se vérifie et que le pétrole pourrait se diriger vers une hausse. Au même moment, la Chine rouvre son économie et l’administration de Joe Biden cherche à remplir la réserve stratégique de pétrole, comme à chaque fois que les prix descendent en dessous de 70 dollars le baril.
  • « Les graphiques, tels qu’interprétés par Garner, suggèrent que les spéculations sur le pétrole ont été en grande partie anéanties, il est donc temps d’acheter dans le creux parce qu’elle ne serait pas du tout surprise si le brut pouvait remonter de 20 $ supplémentaires à partir de maintenant », a-t-elle déclaré.
  • Pour expliquer son analyse, Garner a examiné le graphique hebdomadaire des contrats à terme sur le pétrole brut West Texas Intermediate (WTI), la référence américaine pour le cours du pétrole.
  • L’analyste estime que sans le krach provoqué par la pandémie de Covid-19 et l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le pétrole aurait régulièrement grimpé dans un « canal haussier » à partir de fin 2019. « Après chacun de ces événements, le pétrole est retourné dans son canal initial, qui a actuellement un plancher de soutien à 70 $ et un plafond de résistance à 95 $ », a-t-elle déclaré.
  • Les prix du pétrole ont rebondi sur le plancher de 70 $ lundi, et devraient rebondir entre ces niveaux tant que l’économie reste relativement stable, a renchéri Cramer. Il a ajouté que même si les prix pourraient descendre jusqu’à 65 $ si le marché est volatil pendant les vacances.
  • Mais à moyen terme, il y a quasiment une unanimité des bureaux d’étude : le WTI et le Brent repasseront largement au-dessus des 100 dollars le baril en 2023.

Le contexte : Le cours du pétrole a été fortement bousculé par la guerre en Ukraine et les sanctions mises en place envers la Russie.

  • L’Union européenne, le G7 et l’Australie ont mis en place des mesures économiques contre la Russie : un embargo sur le pétrole russe importé par voie maritime, provoquant des embouteillages dans le Bosphore, et un prix plafond sur ce dit pétrole.
  • Alors qu’on pouvait s’attendre à une montée des prix, l’inverse s’est produit. La cause principale est la baisse de la production en Chine, en raison de la politique zéro-covid. Le reste est dû au risque de récession, à mesure que les banques centrales relèvent les taux d’intérêt et appuient sur le frein. Mais cette politique zéro-covid semble prendre fin en Chine, et l’inflation tente à se refroidir un peu partout, faisant lever le pied des banques centrales. Cette reprise pourrait signifier une nouvelle envolée des prix : tel est le résonnement.

Disclaimer : cet article doit ne fait pas office de conseil et doit se lire à titre d’information.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20