L’embouteillage de pétroliers au large de la Turquie s’agrandit : du pétrole non-soumis aux sanctions en fait partie

Des contrôles de navires transportant du pétrole ont lieu dans le Bosphore. Ces contrôles visent tous les bateaux, même ceux qui ne transportent pas de pétrole russe, créant un embouteillage maritime.  

Pourquoi est-ce important ?

En pleine crise énergétique, l’apport en carburant est vital. En effet, si le transport est ralenti, l’offre va être ralentie alors que la demande augmente en cette période hivernale. Cela pourrait faire grimper les prix au-dessus de ceux que nous connaissons aujourd’hui.

L’actualité : On estime que la congestion des pétroliers bloque plus de 20 millions de barils de pétrole, ce qui représente 1,2 milliard de dollars.

  • Les pétroliers remplis de pétrole kazakh sont pris dans des retards lors de la traversée du détroit du Bosphore, en raison des nouvelles mesures prises par la Turquie en matière de preuve d’assurance pour les navires transportant du pétrole russe, désormais soumis aux sanctions de l’Union européenne et au plafonnement des prix par les pays du G7.
  • VesselsValue indique à CNBC que le temps d’attente moyen des pétroliers au Bosphore a augmenté d’environ 47 % par rapport à la semaine dernière. La durée d’attente moyenne était de 64 heures.
  • « Il semble que tous les pétroliers, à l’exception d’un seul, parmi la vingtaine de pétroliers chargés qui attendent de traverser le détroit, transportent du pétrole d’origine kazakhe », a déclaré un responsable du plafonnement des prix à CNBC. « Ces cargaisons ne seraient pas soumises au plafonnement des prix, quel que soit le scénario, et il ne devrait y avoir aucun changement dans le statut de leur assurance par rapport aux cargaisons kazakhes des semaines ou des mois précédents », a déclaré un fonctionnaire sous anonymat à CNBC.
  • Pourtant, mercredi, le secrétaire adjoint à la Trésorerie, M. Adeyemo, s’est entretenu avec le vice-ministre turc des affaires étrangères, M. Sedat Onal. Cette discussion avait pour objectif de souligner qu’il n’était pas nécessaire de procéder à des contrôles sur les navires qui ne transportent pas de pétrole russe. « La politique de plafonnement des prix n’exige pas que les navires cherchent des garanties d’assurance uniques pour chaque voyage individuel, comme l’exige la règle de la Turquie », a déclaré le responsable du plafonnement des prix à CNBC. « Ces perturbations sont le résultat de la règle de la Turquie, et non de la politique de plafonnement des prix ».
  • Les deux responsables sont parvenus à un accord. Ils ont déclaré qu’un simple régime de conformité de la Turquie permettant au pétrole maritime de transiter par le détroit turc contribuerait à maintenir un bon approvisionnement des marchés énergétiques mondiaux

Les conséquences

« Si les retards s’accumulent, les raffineurs chercheront d’autres sources d’approvisionnement dans d’autres pays ou réduiront leur capacité de production parce qu’ils n’ont pas assez de pétrole, ce qui aura un impact sur l’approvisionnement en essence et en diesel », a déclaré Andrew Lipow, président de Lipow Oil Associates. « Si cela continue pendant une autre semaine, nous commencerons à voir un impact sur le marché du pétrole », a ajouté M. Lipow

Contexte : le Kazakhstan fait exporter son pétrole depuis la Russie et doit donc passer par le Bosphore où tous les navires sont contrôlés.

  • De nouvelles règles d’assurance turques sur les pétroliers transportant du brut russe ont ralenti le mouvement des pétroliers au large de la Turquie et entre les ports russes de la mer Noire et la Méditerranée depuis le début de la semaine, lorsque le plafonnement des prix et les sanctions sont entrés en vigueur.
  • Le Kazakhstan est le 13e producteur mondial de pétrole en n’exportant pas loin de 1.930.000 barils par jour en 2019.
  • Le pétrole kazakh traverse la Russie par oléoduc et est chargé sur des pétroliers dans le port de Novorossiysk, dans le sud de la Russie, et doit de ce fait passer par le Bosphore et les contrôles qui y sont faits.
  • Les acheteurs de pétrole Kazah incluent l’Asie, l’Europe et certaines quantités sur la côte Est des États-Unis.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20