Rivian licencie, un signe annonciateur de faillite ?

L’avenir du constructeur américain Rivian semblait pourtant très prometteur. En effet, avec son pick-up et son SUV électrique, la start-up avait réussi à convaincre de nombreux investisseurs et non des moindres puisque Amazon et Ford en faisaient partie. Oui, mais voilà : en quelques mois, la situation s’est nettement dégradée. Ford par exemple a décidé de revendre ses actions, préférant faire cavalier seul avec son F-150 Lightning électrique. De ce fait, Rivian a vu ses perspectives de ventes fondre de moitié, à 25.000 véhicules.

Ce départ a déclenché une tempête pour Rivian étant donné que Ford avait apporté plus de 500 millions de dollars d’argent frais. L’action a d’emblée chuté, faisant passer le bilan comptable de Rivian à -3,1 milliards de dollars alors que si l’action n’avait pas dévissé, la marque aurait terminé l’année dans le vert avec un bénéfice de 1,6 milliard de dollars. La pilule est donc difficile à avaler.

Le choc des pénuries

Depuis le début de l’année, Rivian n’arrive en outre pas à assurer le niveau de production prévu pour ses véhicules, ce qui est aussi le fait des ruptures dans les chaînes d’approvisionnement. Cette situation d’accumulation fait que Rivian est aujourd’hui empêtré dans une crise économique sans précédent qui pousse aujourd’hui ses dirigeants à licencier massivement.

RJ Scaring, le patron de Rivian, a ainsi écrit à son personnel et indiqué que « nous avons mis en œuvre des changements dans l’ensemble de Rivian, y compris la priorisation de certains programmes (et l’arrêt d’autres), l’arrêt de certaines embauches non manufacturières et l’adoption d’importants efforts de réduction des coûts pour réduire les dépenses de matériel et les dépenses d’exploitation ».

Le patron annonce donc entre les lignes que tous les efforts ont été produits pour redresser la barre et que, désormais, la seule option est de licencier des membres du personnel de la marque « Rivian n’est pas à l’abri des circonstances économiques actuelles, et nous devons nous assurer que nous pouvons nous développer durablement. Chaque décision concernant notre équipe est évaluée à travers le prisme de nos priorités stratégiques, et non comme un mécanisme visant à simplement réduire les coûts. »

5% des effectifs

RJ Scaring n’a pas indiqué le nombre d’employés qui seraient licenciés. Ce qu’on sait en revanche, c’est que ce sont des employés de bureau qui feront les frais de cette restructuration, les ouvriers en charge de l’assemblage étant en sous-capacité. D’après les rumeurs, Rivian procéderait au licenciement de 5% de ses effectifs, soit 700 personnes sur les 14.000 que comptent l’entreprise.

Sans doute pour rassurer ses investisseurs, Rivian a annoncé qu’elle était sûre de tenir ses objectifs de production pour 2022, ce qui signifie qu’en 5 mois, il faudra que 18.000 véhicules soient assemblés sur les 25.000 prévus. Un sacré défi. Le patron de la marque a voulu aussi se montrer rassurant en précisant que la société était « financièrement bien positionnée » et que ses perspectives restaient « solides ». Ce qui reste difficile à croire, car, si tel était le cas, Rivian, n’aurait probablement pas à se séparer de tous ces salariés.

Cette histoire fait écho à celle de Tesla qui vient d’annoncer aussi le licenciement de 10% de ses effectifs, soit 10.000 personnes. Cela dit, chez Tesla, c’est un peu plus pernicieux, car le prétexte d’Elon Musk est d’anticiper une conjoncture plus difficile…

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20