Quels sont les objets connectés qui respectent le moins les critères de confidentialité ?

(fondation Mozilla)

Les objets connectés prennent de plus en plus de place dans notre vie. Et cela peut paraitre peu rassurant, car il est parfois difficile de savoir si les créateurs respectent bien la confidentialité et la sécurité de nos données. La fondation Mozilla s’est penchée sur 136 objets connectés en fonction du respect de la vie privée. Et le rapport est loin d’être bon pour les grandes marques.

Pour vérifier la sécurité des objets, la fondation Mozilla étudie chaque facette de l’objet. L’espionnage par la caméra, le microphone ou la géolocalisation est étudié, mais aussi la nécessité de créer un compte, les données collectées et la gestion de ces données ou encore l’utilisation d’une IA.

La fondation applique l’étiquette ‘Confidentialité non incluse’ aux produits qui ne répondent pas aux normes de sécurité minimales. Pour cela, il se base entre autres l’utilisation d’un logiciel de cryptage, la nécessité de mots de passe forts, la présence d’un système de vérification des vulnérabilités et la publication d’un politique de confidentialité accessible à tous.

Les 136 objets connectés ont été classés dans 7 catégories : maison connectée, bureau, jeux, divertissement, objets portables, sport et animaux. Certains objets peuvent se retrouver dans plusieurs catégories, mais cela montre à quel point notre vie, à tous ses niveaux, est de plus en plus connectée.

Les objets les plus flippants toutes catégories confondues:

  • Dogness iPet Robot
  • KidKraft Amazon Alexa 2-in-1 Kitchen & Market
  • Amazon Halo
  • Occulus Quest 2 VR
  • Moleskine Smart Writing Set
  • Facebook portal
  • iKuddle Auto-Pack litter box
  • Ubtech Jimu robot kits
  • Roku Streambar & Soundbar
  • Atomi Smart coffee maker
  • The Mirror
  • Amazfit Band 5
  • Amazon Echo Show
  • Amazon Echo Dot
  • Ring security Cams
  • Ring video doorbell

Amazon est présent à plusieurs reprises dans cette ‘liste de la honte’. Ses objets permettraient d’espionner l’utilisateur, de récolter trop de données, parfois sensibles, ou encore de ne pas protéger assez les données collectées. D’autres géants de la technologie sont aussi présents comme Xiaomi ou Facebook.

Cette année, les internautes ont aussi le droit de donner leur avis sur l’objet. Le flippomètre permet aux utilisateurs d’un des 136 objets analysés de donner leur propre avis en fonction de leur utilisation. Les premiers avis respectent généralement l’analyse de la fondation.