Quand Huawei se lance dans l’élevage de porcs faute de pouvoir vendre des smartphones

Isopix

Les restrictions américaines imposées à Huawei rendent la vie de l’entreprise de plus en plus difficile. La firme chinoise doit donc se tourner vers d’autres sources de revenus, comme l’élevage de porcs ou l’extraction de charbon dans les mines.

Huawei se trouve dans une position des plus difficiles dans le secteur des smartphones. Les interdictions américaines de commercer avec la firme l’empêchent de se fournir en une série de composants.

La firme chinoise doit donc trouver de nouvelles sources de revenus. Les activités de Huawei sont en fait déjà fortement diversifiées. L’entreprise travaille par exemple sur des antennes 5G, sur du cloud computing, des véhicules intelligents, des ordinateurs et des accessoires high-tech. En janvier, Huawei a présenté aussi trois programmes de recherche sur la santé connectée. Mais aujourd’hui, la firme a décidé de se lancer dans des secteurs plus surprenants : les mines de charbon et les élevages de porcs.

Élevage de porc

La Chine élève la moitié des porcs qui se retrouvent dans les assiettes du monde entier. C’est un secteur très lucratif et Huawei veut y apporter ses connaissances technologiques. L’idée est de créer une IA capable de détecter plus rapidement un cochon malade.

La technologie sera capable d’identifier chaque porc individuellement grâce à la reconnaissance faciale. Elle enregistrera ensuite son poids, son régime alimentaire et son activité physique, explique la BBC.

La Chine, déjà numéro 1 du secteur, veut encore améliorer l’élevage de porcs, en passant de petites entreprises, à de grosses fermes ‘intelligentes’. D’autres entreprises technologiques comme JD.com et Alibaba se sont donc aussi lancées dans l’aventure.

Mine de charbon, de fer et d’acier

Les mines sont aussi un secteur économique traditionnel en Chine qu’il est possible d’informatiser davantage. Huawei cherche donc à développer des technologies capables de mieux sécuriser le travail des mineurs et de le rendre également plus efficace. Ren Zhengfei, le fondateur de l’entreprise, a déclaré le mois dernier qu’il se concentrait principalement sur les mines de charbon, de fer et d’acier.

Dans la même déclaration, Zhengfei assurait que Huawai pouvait ‘encore survivre même sans la vente de smartphones’. Le CEO a toutefois contacté le président américain Joe Biden au début du mois pour renégocier les sanctions. Ces dernières avaient été décidées par le précédent locataire de la Maison Blanche, Donald Trump. Huawei espère donc que les États-Unis vont assouplir les restrictions. Toutefois, l’entreprise ne s’attend pas à ce qu’elles soient levées prochainement, et c’est pour cette raison qu’elle cherche de plus en plus à se diversifier.