Les sanctions américaines pousseraient Huawei à céder ses deux plus grosses gammes de smartphones

Imaginechina via AP Images

Depuis que Donald Trump a interdit tout commerce avec Huawei, l’entreprise chinoise connait de plus en plus de difficultés. En novembre, elle a dû se séparer de sa marque Honor, proposant des smartphones bon marché. Maintenant, la firme réfléchirait à vendre ses deux marques principales: Mate et P.

Les smartphones Huawei Mate ou Huawei P sont des produits haut de gamme pour des prix assez intéressants. Ils sont ssouvent salués par la critique. Et pourtant, selon les informations de l’agence Reuters, la firme chinoise pourrait s’en séparer très prochainement. Des discussions sont en cours avec de possibles nouveaux acquéreurs, ‘un consortium emmené par des sociétés d’investissement soutenues par les autorités de Shanghai’.

Toutefois, la marque parle de ‘rumeurs infondées’, tandis que les autorités de Shanghai assurent ne pas en avoir entendu parler. Si les sources de Reuters disent vrai, les négociations n’en sont certainement qu’à leurs balbutiements. Elles pourraient donc bien échouer.

Mais si elles aboutissent à un accord, Huawei devra se séparer de ses deux gammes les plus reconnues mondialement. Mate et P représentaient près de 40% des ventes totales du groupe, selon Counterpoint Research. Il ne restera plus à Huawei que les gammes Nova et Y en ce qui concerne les téléphones. La firme perdra également surement sa place de deuxième vendeur de smartphones au monde.

Toutefois, Huawei ne se résume qu’à leurs smartphones. Ils possèdent également des ordinateurs, des tablettes et des accessoires pour les consommateurs privés. Mais ils ont des produits industriels, dont des antennes 5G, en pleine crise également.

Huawei contre les États-Unis

L’ex-président des États-Unis, Donald Trump, a accusé Huawei d’être une menace pour la sécurité des télécommunications. Il a alors interdit à toutes les entreprises américaines de faire affaire avec la firme chinoise. Huawei s’est donc vu privé du système d’exploitation Android, mais aussi des semi-conduteurs TSMC.

L’entreprise a cherché et cherche encore des alternatives. Elle a d’ailleurs développé son propre système d’exploitation nommé HarmonyOS, qui devrait être intégré aux produits de la marque cette année.

Mais les blocages américains, qui ne devraient pas être allégés rapidement par Joe Biden, pèsent lourdement sur la production de smartphones. La firme a donc vendu sa marque low cost Honor pour près de 13 milliards d’euros en novembre dernier. Ce sera peut-être bientôt au tour des gammes Mate et P de changer de propriétaire. Cela leur permettrait de contourner les sanctions et de récupérer les constituants étrangers indispensables à leur production.