Afin de contourner les sanctions américaines, Huawei va vendre Honor pour 12,9 milliards d’euros

Isopix

Lourdement sanctionné par l’administration Trump, Huawei a trouvé une échappatoire pour sa filiale Honor. Celle-ci va être vendue à un consortium emmené par le distributeur Digital China.

Privé des services de Google et des puces électroniques TMSC suite aux sanctions infligées par les Etats-Unis, Huawei se réorganise. Parmi les plans du géant chinois, on retrouve la vente de sa division de smartphones Honor.

D’après les informations de Reuters, cette vente serait imimnente. Une annonce officielle pourrait même survenir dimanche. Huawei devrait vendre Honor pour 12,9 milliards d’euros.

Honor serait racheté par un consortium dont ferait partie le distributeur Digital China. Celui-ci rachèterait 15% des parts. Au moins trois entreprises publiques d’investissement, détenant chacune 10 à 15% du capital, feraient également partie des acquéreurs. Le dernier membre du consortium serait le gouvernement local de Shenzen.

A quoi cela va-t-il servir ?

Si cette opération se confirme, elle signifierait que Huawei ne s’attend pas à de grands changements lorsque Joe Biden prendra les rênes de la Maison Blanche. Pour rappel, la firme chinoise, considérée comme une menace par pour la sécurité des Etats-Unis, est interdite d’utiliser des composants ou toute technologie d’origine américaine dans ses appareils.

Dès lors, la vente de Honor s’inscrirait dans un processus de contournement des contraintes infligées à Huawei.

Avec les 12,9 milliards d’euros récupérés, Huawei pourra investir davantage dans la recherche. Pour gagner en autonomie, le constructeur de smartphones tente en effet, en collaboration avec une autre entreprise chinoise, de concevoir ses propres puces électroniques.

Détachée de sa maison-mère, Honor pourrait, elle, échapper à ces sanctions. Elle pourrait donc reprendre ses productions sans subir l’embargo. Et, en retour, les anciens fournisseurs de Huawei récupéraient un client qu’ils avaient perdu.

Le rachat permettrait également à Honor de conserver ses quelques 7.000 salariés et l’essentiel de ses dirigeants.

Honor vers une introduction en bourse

Reuters précise que Huawei compte céder la quasi-totalité des actifs de Honor, dont la marque elle-même, la branche recherche et développement et l’activité de gestion de la chaîne d’approvisionnement. 

Une fois l’opération finalisée, Honor prévoit de s’introduire en Bourse dans les trois ans.

Honor a été créé par Huawei en 2013. Bon marché, ses smartphones sont davantage destinés à une clientèle plus jeune. D’après les données du cabinet d’études Canalys, 26% des 51,7 millions de smartphones vendus par Huawei au troisième trimestre étaient de marque Honor.

Honor produit également des ordinateurs portables, des tablettes, des téléviseurs connectés et différents accessoires électroniques. Reuters n’a pas donné de détails concernant la suite de ces activités spécifiques.

Honor a refusé de s’exprimer sur le sujet. Même chose du côté des membres du consortium censé racheter la société.