Pro-blockchain mais anti-Bitcoin ? Un service de blockchain chinois qualifie les cryptomonnaies de « plus grande chaîne de Ponzi de l’histoire »

Le gouvernement chinois enfonce un coin entre la technologie blockchain et les cryptomonnaies. Le milliardaire de la technologie Peter Thiel avait prédit que ce scénario se produirait.

Bien que les transactions en cryptomonnaies et le minage de ces jetons numériques soient interdits en Chine depuis 2021, la technologie blockchain continue d’intéresser Pékin. Les blockchains sont des bases de données infalsifiables qui se sont également révélées utiles pour la gestion de ports commerciaux, ainsi que pour rendre plus fluide le fonctionnement de toutes sortes de services gouvernementaux, pour ne citer que quelques exemples.

Pékin déploie donc discrètement sa propre plateforme pour faciliter l’adoption de la technologie blockchain pour ses entreprises publiques. Ce système a été baptisé BSN, pour « blockchain-based service network. »

« La plus grande fraude à la Ponzi de l’histoire de l’humanité »

Le BSN est entièrement détenu par l’État chinois, et il doit le faire savoir au monde extérieur de temps en temps. L’agenda de l’organisation est de séparer la blockchain des cryptomonnaies aux yeux du public.

Shan Zhiguang, président de l’alliance de développement derrière BSN, a qualifié les cryptomonnaies de « sans doute le plus grand système de Ponzi de l’histoire humaine ». La « valeur de la technologie blockchain » ne doit pas être ignorée à cause de ces pièces numériques.

En outre, « 90 % des 100 personnes les plus riches du monde » diraient du mal du bitcoin, affirme BSN. Les cryptomonnaies n’auraient également « rien à voir » avec une quelconque forme de propriété, de travail productif ou de valeur sociale, estime Shan.

« Pro-blockchain est un mot de code pour anti-Bitcoin »

Peter Thiel, cofondateur de PayPal et milliardaire de la technologie, a prédit en avril, lors de la conférence Bitcoin 2022 à Miami, que de telles déclarations deviendraient un récit dominant.

Thiel a prévenu que certains acteurs allaient saper les cryptomonnaies et les dépeindre comme un projet raté et une fraude pour pousser la blockchain au premier plan comme principale innovation. « Pro-blockchain est un mot de code pour anti-Bitcoin », a opiné Thiel sous les applaudissements nourris des partisans du Bitcoin présents.

Pourtant, le développement des cryptomonnaies et celui de la technologie blockchain sont inextricablement liés. Par exemple, le système du bitcoin est la première blockchain jamais créée. La différence avec les blockchains que le gouvernement chinois veut développer est que la blockchain de Bitcoin est décentralisée et donc gérée par ses utilisateurs.

Les systèmes chinois seront presque entièrement centralisés. En fait, les déclarations du BSN ne sont donc pas une attaque contre les cryptomonnaies, mais contre des formes de technologie plus décentralisées et libres.

« Les fraudes à la Ponzi sont un type de fraude où il faut constamment trouver de nouveaux investisseurs afin de rembourser les investissements des premiers investisseurs. Ce n’est certainement pas le cas avec la crypto et le bitcoin. Le bitcoin ne vous promet rien. Les investisseurs l’achètent et sont convaincus par le fonctionnement du système que le prix va augmenter », disait Jean-Luc Verhelst, partisan tant de Bitcoin que de la blockchain, lors de ce débat en mars dernier.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20