Pression sur Biden : « Lever les taxes punitives de Trump sur les produits chinois pourrait permettre de diminuer l’inflation »

Pour freiner l’inflation, les Etats-Unis devraient revoir les taxes et droits de douane imposés par Trump sur de nombreux produits chinois, estiment plusieurs experts. A échelle politique, il n’est cependant pas certain qu’une telle décision soit prise.

L’inflation est soudainement remontée au mois de mai, aux Etats-Unis, prenant de surprise de nombreux acteurs économiques et politiques avec son taux de 8,6%, après une légère chute en avril. La Réserve fédérale a immédiatement sorti l’artillerie lourde, avec une hausse de 0,75 point de pour cent du taux d’intérêt. Une mesure perçue comme drastique par de nombreux observateurs.

Mais l’intervention de la Fed n’est qu’une partie de l’arsenal des décisions qui existent pour contrer l’inflation. Une autre solution avancée serait de supprimer les droits de douane élevés sur les produits chinois. A terme, l’inflation baissera avec la révision de ces taxes, et cela fera en sorte qu’il y ait plus de confiance dans l’économie. C’est notamment ce qu’avance David Adelman, ancien ambassadeur des Etats-Unis et directeur de la société d’investissement Krane Shares (qui détient des ETFs reprenant des actifs chinois), dans les colonnes de CNBC.

-1% de l’indice des prix à la consommation

« C’est la capacité de soulager la pression sur l’économie américaine et les consommateurs américains, qui est causée par ces taux de droits de douane très élevés qui sont imposés sur des importations chinoises d’une valeur de plus 370 milliards de dollars, tous les ans. De nombreux économistes disent qu’au fil du temps, vous pouvez avoir une diminution complète de 1% de l’IPC (indice des prix à la consommation, le panier qui reprend le prix de millions de produits, et qui sert à calculer l’inflation, NDLR), ce qui est très significatif pour les consommateurs américains », explique-t-il dit.

En d’autres termes, il y aurait alors une inflation négative, ou déflation, à hauteur de 1%. Une déflation est souvent accueillie comme une mauvaise nouvelle. Les banques centrales considèrent qu’une inflation à 2% doit être la norme. Mais dans le contexte d’une inflation à plus de 8%, la donne change.

Adelman n’est pas le seul à plaider pour une suppression des droits de douane élevés qu’avait lancés Trump en 2018, et que l’ancien président voulait comme une mesure punitive, pour que les consommateurs américains privilégient les produits « made in USA ». Le diplomate ajoute qu’ils n’ont pas eu l’effet escompté, et que le contraire s’est finalement produit, les droits impactant plus l’économie américaine que celle de Pékin. Selon le Peterson Institute for International Economics, cité par le média américain, les taxes ont en effet contribué à faire gonfler l’inflation.

L’ancien secrétaire du Trésor (ministre des Finances des Etats-Unis) du gouvernement de Clinton, Larry Summers, entonne le même discours. « Supprimer ces droits de douane maintiendra les prix à un niveau bas et nous permettra d’adopter une approche plus stratégique dans nos relations avec la Chine. La réduction des droits de douane enlèvera 1% de l’IPC, et est la bonne chose à faire. J’espère que l’administration trouvera un moyen de le faire », analyse-t-il sur NBC.

Quelles chances de passer?

Si la suppression de ces taxes élevées peut aider à freiner l’inflation, le fait que Biden supprime en effet ces taxes reste une question ouverte. Différentes taxes sont déjà arrivées à terme, et l’administration les a réitérées, comme pour les panneaux solaires chinois en février.

Selon l’actuelle secrétaire du Trésor, Janet Yellen, certaines sanctions n’ont pas de « but stratégique », et Biden envisagerait de les supprimer, en tant que moyen pour freiner l’inflation. En principe, il devrait passer par le Congrès pour ce faire, mais il pourrait aussi décréter des exclusions temporaires lui-même, estime Adelman. Selon de nombreux observateurs, Biden pourrait avoir besoin de tout moyen disponible pour lutter contre l’inflation, car les élections de mi-mandat, ayant lieu en novembre, approchent, et le pouvoir d’achat en berne reste une préoccupation majeure pour les Américains.

D’un autre côté, Robert Daly du Kissinger Institute on China and the U.S., du centre d’études Wilson, estime que Biden peut difficilement supprimer ces nouveaux droits de douane, car cela équivaudrait à baisser la garde envers Pékin, et il y a de fortes pressions politiques pour rester ferme. Il ajoute encore que la suppression ne produira pas de baisses significatives de l’inflation.

Dans tous les cas, si l’inflation continue à se corser, la pression deviendra intense sur le président qui sera au moins amené à réfléchir la question.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20