Discours remarqué du président de la Réserve fédérale : « Les entreprises et les familles vont continuer à souffrir »

Jerome Powell, président de la Réserve fédérale, a eu des nouvelles tout sauf encourageantes pour les investisseurs, les familles et les entreprises lors de son discours à Jackson Hole. « Le resserrement de la politique monétaire va se poursuivre pendant un certain temps. Cela est nécessaire pour freiner l’inflation », a-t-il déclaré.

Cet après-midi, tous les regards étaient tournés vers Jackson Hole, et plus particulièrement vers Powell. Les investisseurs espéraient que lors de son discours devant les universitaires et les banquiers centraux, il partagerait plus de détails sur la politique de taux d’intérêt. Et il l’a fait, mais ce qu’il avait à dire n’était pas du goût des investisseurs.

Powell a clairement indiqué que les hausses de taux d’intérêt ne prendront pas fin de sitôt. « Des taux d’intérêt plus élevés, une croissance plus lente et un marché du travail plus faible (en raison du resserrement de la politique monétaire, ndlr) vont nuire aux familles et aux entreprises pendant un certain temps encore », a-t-il déclaré, en émettant un signe de mauvais augure. « Nous utiliserons vigoureusement tous les moyens disponibles pour lutter contre l’inflation galopante. La stabilité des prix est la responsabilité de la Réserve fédérale et constitue le fondement de notre économie. »

Les marchés boursiers plongent dans le rouge

Dans son discours, Powell a également fait référence à l’histoire. « Cela nous enseigne que les pertes d’emplois associées à un resserrement de la politique monétaire ne sont exacerbées que par le retard », a déclaré Powell. Ou en d’autres termes : plutôt souffrir maintenant que de souffrir à long terme.

Les bourses ont donc plongé après le discours du président de la Fed. Vers 21h00, le Nasdaq était en baisse de 3,2% et le S&P 500 a perdu 2,6%. Le Dow Jones a baissé de 2,4%. Le Bel20 a commencé le week-end avec une perte de 1,85 pour cent.

Les investisseurs étaient prudemment optimistes avant le discours de Powell. Ils espéraient que le régulateur ne relèverait pas les taux d’intérêt aussi fortement dans les prochains mois que lors des dernières réunions. En juin et en juillet, la banque centrale a relevé ses taux d’intérêt de 75 points de base. Une inflation plus faible que prévu, entre autres, a alimenté l’espoir que Powell desserre un peu le frein à main. Le mois dernier, la dépréciation monétaire de l’autre côté de l’Atlantique était de 8,5%. En juin, elle était encore de 9,1%.

« Une baisse ponctuelle de l’inflation ne suffit pas à nous convaincre que cette contraction est durable », fustige néanmoins Powell.

La lutte contre l’inflation est une priorité absolue

« En substance, Powell dit clairement que la lutte contre l’inflation est plus importante que le soutien à la croissance en ce moment », a commenté Jeffrey Roach, économiste en chef chez LPL Financial, au site d’information américain CNBC.

L’ampleur des hausses de taux d’intérêt cet automne reste une question de conjecture. La Réserve fédérale fondera ses décisions sur les données dont elle dispose, telles que les futurs rapports sur l’inflation et l’emploi.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20