Poutine se met en scène dans un stade devant des milliers de partisans de la guerre : « Tous nos plans vont réussir » leur promet-il

Ce vendredi le gouvernement russe a décidé de marquer le coup pour commémorer les 8 ans de l’annexion de la péninsule de Crimée : il a fait rassembler des milliers de russes présentés comme des partisans de Vladimir Poutine et de « l’intervention militaire spéciale » en Ukraine dans le stade Luzhniki de Moscou. Pour rappel ce complexe olympique est la plus grande enceinte sportive de Russie et peut accueillir 81.000 personne. C’est là que ce sont sept des matches de football de la Coupe du Monde 2018, dont le match d’ouverture et la finale.

Selon certains intervenants sur Twitter, les correspondants étrangers et les reporters des principales agences de presse ont été fortement incités à prendre place dans le stade pour assister à ce qui, il faut bien le dire, rappelle à la fois les grandes manifestations des régimes totalitaires et les rallyes démentiels de Donald Trump devant ses partisans. Comme si le régime voulait faire démonstration du soutien que lui porte la population russe alors que la situation militaire a tourné à l’aigre en Ukraine, avec une opération supposée rapide de saisie des principales villes ukrainiennes qui a viré à l’enlisement tandis que les pertes s’accumulent.

Des bannières ukrainiennes jetées au sol

Détail important à prendre en compte : selon certains observateurs, une vidéo montrant des drapeaux ukrainiens jetés au sol seraient diffusée dans le stade. Or dans la psyché russe, impossible de ne pas y voir un parallèle avec le grand Défilé du Jour de la Victoire de 1945, quand plusieurs centaines de bannières et d’enseignes de l’Allemagne nazie avaient été jetées sur les marches du Mausolée de Lénine par des soldats de l’Armée rouge, qui portaient d’ailleurs tous des gants pour ne pas toucher ces insignes maudits. Ici, au stade Luzhniki, une banderole, indiquant « non au nazisme » s’affichait derrière le président russe.

Vladimir Poutine le micro à la main

Mais le clou de ce spectacle ultra-patriotique reste bien sur l’allocution de Vladimir Poutine en personne. Présent dans le stade, le président russe a réitéré l’accusation délirante d’un génocide commis par les forces ukrainiennes dans le Donbass, tout en assurant le succès de son opération militaire. « Nous allons réaliser tous nos plans », a-t-il promis. Je fais tout pour notre peuple. Nos troupes (…) se soutiennent. Elles se comportent comme de vrais frères de sang ensemble dans le combat. Cela fait longtemps que nous n’avions pas vu un tel comportement. »

Le discours du président russe, relativement bref – 15 minutes, peut-être- a toutefois été interrompu un peu trop tôt durant sa diffusion en direct sur les télévisions russes. L’image du président a soudainement été remplacée par des chants patriotiques. Un problème technique probablement, que certains observateurs, taquins, comparent à une machine propagandiste du Kremlin qui semble elle aussi prête à s’enrayer.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20