Pourrait-on empêcher l’impact d’un astéroïde capable de déclencher l’Apocalypse ?

Les catastrophes naturelles – éruptions volcaniques, tremblements de terre, ouragans, tornades – sont inévitables. Les scientifiques parlent de quand, et non de si, ils vont frapper. Bien que les humains aggravent certaines catastrophes, elles font partie de la vie sur terre. Mais un type de catastrophe n’est pas inévitable : une collision entre un astéroïde ou une comète et la Terre. Mais à quel point sommes-nous préparés ?

Pourquoi est-ce important ?

Nous ne pouvons pas empêcher les volcans, les tremblements de terre ou les ouragans de se produire. Mais un astéroïde ? Si vous l'écartez de sa trajectoire vers la Terre, la menace disparaît. Cela peut sembler de la science-fiction, mais les scientifiques y travaillent déjà.

Après une catastrophe, les gens se demandent souvent pourquoi nous n’avons pas fait plus pour nous préparer au pire. Ou pour le prévenir. L’humanité semble souvent plus réactive que proactive. La pandémie actuelle et le changement climatique, entre autres, en sont la preuve. Dans cette optique, nos préparatifs en vue de l’impact des astéroïdes et des comètes nous rassurent. Une fois que les scientifiques ont décrit une menace, le gouvernement a décidé de faire quelque chose à ce sujet.

Le réveil de 1993

En 1993, les scientifiques ont vu des morceaux d’une énorme comète se dirigeant droit vers Jupiter. Avant que la comète ne se brise, elle faisait environ un kilomètre et demi de large. Si cet objet avait touché la Terre, il aurait pu provoquer une extinction massive. Les scientifiques étaient à la fois fascinés et inquiets. C’était un signal d’alarme : nous avons vu à travers un télescope que non seulement cela peut se produire dans notre système solaire, mais que cela se produit réellement.

Les politiciens ont tiré la même conclusion. En 1998, le Congrès américain a demandé à la NASA de trouver au moins 90 % des astéroïdes et comètes d’un kilomètre de large ou plus qui s’approcheraient de l’orbite de la Terre. (Alors que les astéroïdes sont des morceaux de pierre et de métal en orbite autour du soleil, les comètes contiennent de la glace et viennent généralement de plus loin dans le système solaire ; en termes de potentiel de destruction, elles sont à peu près équivalentes). Les gros objets de ce calibre frappent la Terre une fois tous les demi-millions d’années et pourraient donc menacer la vie telle que nous la connaissons.

La plupart des plus dangereux ont été trouvés, mais…

Nous ne pouvons rien faire contre un astéroïde ou une comète si nous ne savons pas qu’il ou elle va arriver. Une fois qu’un astéroïde est repéré, les scientifiques peuvent projeter son orbite dans le temps et voir s’il s’approchera dangereusement de la Terre. La bonne nouvelle : la NASA affirme avoir trouvé plus de 95 % des énormes astéroïdes « apocalyptiques ». Et aucun d’entre eux ne semble constituer une menace pour la Terre.

Mais même les petits gars peuvent faire d’immenses dégâts. En 2005, le Congrès a relevé la barre et ordonné à la NASA de trouver des astéroïdes de 140 mètres et plus. On les appelle parfois les tueurs de villes car ils peuvent raser une ville et causer d’énormes dégâts, même s’ils ne provoquent pas nécessairement une apocalypse mondiale. Il y a environ 1 % de chances que l’un de ces astéroïdes frappe dans un siècle donné.

Cette chance semble faible. Mais en 2019, un astéroïde d’environ cette taille est passé entre la terre et la lune, et la NASA ne l’a pas vu venir. La rareté n’est donc pas une excuse pour l’inaction. Les astéroïdes plus petits – comme le rocher de 17 mètres de haut qui a explosé avec la force d’une bombe atomique au-dessus de Chelyabinsk, en Russie, en 2013 – sont plus courants et plus difficiles à repérer. Heureusement, notre atmosphère a tendance à fragmenter ces petits astéroïdes avant qu’ils n’aient une chance d’atteindre le sol.

La NASA a découvert environ 40 pour cent des tueurs de villes. Au rythme actuel, il faudra peut-être encore 30 ans pour trouver le reste, bien qu’il soit prévu de lancer un télescope spatial spécialisé pour accélérer les recherches.

DART et Dimorphos

Les trouver est une chose. S’assurer qu’ils ne nous frappent pas en est une autre. Disons que les scientifiques découvrent un astéroïde de 200 mètres en route vers la Terre. Pourraient-ils faire quelque chose ?

Hollywood a eu quelques idées flamboyantes sur la façon de traiter un astéroïde, à savoir l’utilisation d’armes nucléaires pour les briser ou les pousser hors de leur trajectoire – c’est l’intrigue de base des films des années 90 Armageddon et Deep Impact. Cette stratégie a un certain mérite. Mais il existe peut-être un moyen beaucoup plus simple et plus sûr de faire face à un astéroïde sur une trajectoire de collision avec la Terre : il suffit de le pousser hors du chemin.

L’année dernière, la NASA a lancé le Double Asteroid Redirection Test (DART), une sonde de la taille d’une voiture équipée de panneaux solaires. Elle se dirige actuellement vers un astéroïde de 160 mètres appelé Dimorphos. À l’automne, le DART s’écrasera sur Dimorphos à 24 000 kilomètres à l’heure.

Dimorphos tourne autour d’un astéroïde plus grand appelé Didymos, tout comme la lune tourne autour de la terre. Si tout se passe comme prévu, la collision entraînera un changement d’orbite de Dimorphos, prouvant qu’il est possible de réorienter un gros morceau de roche au milieu de l’espace. (L’attraction du plus gros astéroïde empêchera Dimorphos de s’envoler dans une nouvelle direction, par exemple vers la Terre).

Là où Don’t Look Up se trompe

Si DART fonctionne, la NASA peut l’intégrer dans son plan anti-astéroïde en tant que stratégie. Si nous voyons un astéroïde se diriger vers la Terre, nous enverrons d’abord une mission en éclaireur pour l’observer. Grâce à ces premières observations, les scientifiques peuvent étudier la composition de l’astéroïde et calculer la force nécessaire pour dévier le rocher de sa trajectoire.

Cela ne résout pas le problème des astéroïdes qui pourraient entrer en collision avec la Terre. Mais nous pouvons nous réjouir des progrès accomplis. Ou encore : comment le récent film à succès Don’t Look Up, dans lequel deux astronomes s’efforcent de convaincre le monde de l’arrivée d’une comète mortelle, est une belle allégorie sur la façon dont le monde gère le changement climatique, mais ne parvient pas à rendre crédible la catastrophe qui est au cœur de cette superproduction.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20