Pourquoi la première tentative de lancement de fusée depuis l’Europe occidentale a-t-elle été un échec ?

La tentative de Virgin Orbit, une filiale de Virgin Galactic, de faire décoller une fusée depuis le Vieux continent n’a pas eu le résultat escompté. La grande question reste le pourquoi ?  

Pourquoi est-ce important ?

Cette mission était censée être le premier lancement depuis l'Europe occidentale, affirmant l'envie du Royaume-Uni de s'imposer à son tour dans l'espace. Mais celle-ci a été un échec cuisant. Un raté qui a eu un impact non négligeable sur la société de Richard Branson. Les actions de Virgin Orbit ont chuté d’environ 20% passant de 1,93$ l’action avant le décollage à 1,55$, le lendemain, à la réouverture de la bourse.

L’essentiel : L’entreprise a résumé la situation dans un communiqué sur son site internet.

  • Le communiqué explique que l’avion porteur, un 747 modifié appelé Cosmic Girl, avait décollé avec succès du Spaceport de Cornouaille. La fusée LauncherOne s’était proprement séparée du 747 modifié et avait correctement allumé son premier étage, se propulsant dans l’espace avec sa charge utile de satellites. Mais avant qu’ils ne puissent être poussés sur leur orbite par le deuxième étage de la fusée, quelque chose a mal tourné.
  • Une version confirmée par Engadget qui a obtenu cette réponse, un peu plus précise, de Virgin Orbit : « À une altitude d’environ 180 km, l’étage supérieur (le deuxième étage, NDLR) a connu une anomalie. Cette anomalie a mis fin prématurément à la première combustion de cet étage (…) Cet événement a mis fin à la mission, les composants de la fusée et la charge utile retombant sur Terre dans le couloir de sécurité approuvé sans jamais atteindre l’orbite ».
  • Les sources du New York Times abondent en ce sens : « En d’autres termes, le deuxième étage du moteur, qui était censé soulever les satellites suffisamment haut pour les mettre en orbite, s’est arrêté. »
  • Le PDG de Virgin Orbit n’a pas dit son dernier mot : « Nous allons travailler sans relâche pour comprendre la nature de la défaillance, prendre des mesures correctives et retourner en orbite dès que nous aurons terminé une enquête complète et le processus d’assurance de la mission ».
  • Selon Engadget et le NY Times, cette enquête sera menée par Jim Sponnick, qui a développé les systèmes de lancement Atlas et Delta, et Chad Foerster, ingénieur en chef de Virgin Orbit.

Le contexte : Dans la nuit de lundi à mardi, vers 23 heures, heure belge, l’entreprise privée Virgin Orbite a tenté de lancer pour la première fois une fusée depuis le Vieux continent.

  • L’entreprise a tenté de réaliser trois lancements en 2022. Le troisième lancement prévu a été reporté à début 2023. C’est ce dernier qui est devenu la première tentative, et le premier échec, de lancer une fusée depuis l’Europe occidentale.
  • L’Europe occidentale n’a jamais été une zone de lancement privilégiée. Pour deux raisons majeures : la densité de la population (et donc la dangerosité) et son éloignement de l’équateur, qui est considéré comme plus favorable au décollage de fusées. Toutefois, avec le poids des satellites qui diminue, les projets de lancements sur le Vieux continent se multiplient, courant derrière quelques noms mythiques de la conquête spatiale comme Baïkonour au Kazakhstan, Kourou en Guyane française ou Cap Canaveral en Floride.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20