Pourquoi Uber perd-t-il autant d’employés?

Uber a du mal à recruter suffisamment de chauffeurs, mais l’entreprise a d’autres problèmes de personnel à régler. De nouveaux chiffres internes, corroborés par Business Insider, montrent que les employés à temps plein, y compris des cadres, quittent l’entreprise à un rythme inquiétant. Le phénomène est tel que la responsable des ressources humaines, Nikki Krishnamurthy, a dû s’expliquer et répondre aux inquiétudes des employés lors d’une réunion de personnel.

Pourquoi est-ce important ?

Il s'agit d'une période critique pour l'entreprise, qui tente de se reconstruire après que la pandémie ait ralenti son service de transport par taxi. Si l'activité de livraison de nourriture d'Uber a été forte, de nombreux analystes ne s'attendent pas à ce que l'activité de transport de personnes se rétablisse complètement avant un certain temps. L'action est en baisse de 7 % cette année, alors que l'indice Nasdaq Composite est en hausse de 15 %.

Qui est concerné?

La tendance va au-delà des employés et de la direction. En juin, le taux global de perte d’employés (aussi appelé le taux d’attrition) était d’environ 20 %, selon les chiffres communiqués à Insider. Au sein de Eats spécifiquement, le chiffre était légèrement plus élevé. Selon des sources internes, ce taux se situe habituellement aux alentours de 10%. Si ces tendances se poursuivent, un cinquième de la main-d’œuvre partira au cours de l’année.

Les facteurs macroéconomiques

Dans l’ensemble de l’économie, de plus en plus de travailleurs démissionnent. Les fonds de démarrage étant abondants et la pandémie donnant aux gens une nouvelle perspective, certains employés disent que c’est le bon moment pour lancer une entreprise. De nombreux collègues de longue date quittent donc l’entreprise pour de meilleures opportunités ailleurs.

La compétition

D’autres employés ont déclaré que ces chiffres inquiétants reflètent la culture actuelle d’Uber et la direction de Dara Khosrowshahi, PDG depuis 2017, qui, bien que beaucoup moins tumultueux que l’ancien PDG Travis Kalanick, peut également s’avérer moins stimulant.

Un employé des RH a fait remarquer que les rivaux d’Uber recrutent à tour de bras. Gopuff a récemment choisi un cadre supérieur d’Uber Eats, Jon Feldman, pour diriger la stratégie de livraison. En juin, Instacart a engagé Laura Jones, une responsable marketing d’Uber, comme nouvelle vice-présidente de la marque et du marketing.

Politique de retour-au-bureau

Une autre explication du départ d’employés, a déclaré la responsable RH en avril, serait les nouvelles contraintes du travail en présentiel. Quelques mois plus tard, l’entreprise a fait marche arrière et redéfini ses plans afin d’être plus flexible vis-à-vis de ceux qui préfèrent travailler à distance. Certains employés ont déclaré qu’ils pensaient que cette décision était motivée par un taux de rotation plus élevé que prévu.

Un mot de la direction

Un courriel interne de juin annonçait les nouveaux rôles de deux employés des RH, précisant qu’ils seraient « hyper concentrés sur le recrutement et l’attrition ».

Il y a environ deux semaines, lors de réunions de l’ensemble du personnel, Mme Krishnamurthy, responsable RH, a abordé ces points de manière spécifique, reconnaissant que l’attrition était plus élevée que souhaité. Mais elle a également déclaré que le problème n’était pas spécifique à Uber et a cité des changements macroéconomiques tels que la pandémie.

Au cours de la même réunion, on a demandé à un autre cadre, Sarfraz Maredia, d’expliquer pourquoi le taux de rotation était particulièrement élevé chez Uber Eats. Il a répondu que, même s’il regrettait de perdre des membres de l’équipe, le lendemain, lui et les autres passaient à autre chose.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés