Pourquoi nous sommes presque tous si malheureux au travail

Un collègue semblait avoir le poste idéal mais a démissionné. Un autre employé pourtant très motivé est à la maison avec un burn-out depuis six mois maintenant. Pour beaucoup, le travail est devenu un fardeau plutôt qu’un plaisir. C’est très ennuyeux, car le travail occupe une grande partie de notre temps. Les raisons de cette situation sont profondément ancrées dans le capitalisme et sont difficiles à éliminer.

Il existe de nombreuses personnes qui trouvent leur travail tout à fait correct et il y en a même qui rayonnent d’un réel bonheur lorsqu’elles sont au travail. Alain De Botton, fondateur de l’École de la vie, a publié de nombreux ouvrages à succès sur le travail. Il part du principe que seuls 5 % des gens font vraiment leur travail corps et âme.

Vous les connaissez : l’entrepreneur unique qui transforme tout ce qu’il touche en or, la personne créative qui produit une autre œuvre d’art unique ou le fonctionnaire qui fait vraiment la différence pour une cause à laquelle il croit profondément, de l’environnement à l’aménagement du territoire.

La plupart d’entre nous, cependant, ne font que leur travail ou s’en accommodent, mais ne sont pas toujours impatients de s’y remettre.

Dire que les chiffres ne sont pas très bons est un euphémisme

Voici quelques chiffres qui indiquent que tout ne va pas bien dans le monde du travail.

  • Selon une analyse récente de Mc Kinsey, 40 % des travailleurs souhaitent changer d’emploi aux États-Unis dès que possible.
  • Aujourd’hui, nous approchons des 500 000 malades de longue durée en Belgique. En 2015, il n’y en avait « que » 370 000. Selon une enquête SD Worx de 2019 – il vaut mieux ne pas se demander ce que ce serait après la pandémie – 7% des travailleurs sont en burnout et 9% en sont proches.
  • Si l’on s’intéresse ensuite à la différence de satisfaction professionnelle entre les générations, il est frappant de constater que les millénials et la génération Z ne considèrent plus le travail comme une option. Une analyse réalisée en 2022 par PEW-research, une société d’études de marché réputée aux États-Unis, en dit long: 51% des journalistes déclarent que leur travail les déprime émotionnellement.

Quelles sont les solutions adoptées par les employés ?

  • Démissionner est la première solution. Dans un marché du travail flexible comme celui des États-Unis, cela est plus évident qu’en Belgique où la plupart des employés sont coincés dans une cage dorée. C’est là qu’est apparu le phénomène de la « grande démission », où près de 4 millions de salariés changent d’emploi chaque mois, un record historique.
  • Le « quiet quitting » est également devenu une tendance. Elle représente une attitude des employés qui en font juste assez pour éviter d’être licenciés.
  • Ce qui est frappant, bien sûr, c’est qu’aujourd’hui, les employés ne travaillent pas non plus une minute de plus. Tout comme les cols bleus, les cols blancs travaillent avec un compteur horaire.
  • Certains décident de lancer une start-up ou de devenir indépendants, mais cela ne semble pas toujours simple à réaliser. Ici aussi, vous êtes dépendant des autres. En termes de revenus, c’est aussi souvent décevant.
  • Toutes ces solutions sont l’expression de la recherche de l’équilibre idéal entre vie professionnelle et vie privée, la recherche illusoire du meilleur des deux mondes.

Les explications évidentes que vous connaissez tous

Vous avez sûrement lu les explications partout. En voici quelques-unes.

  • La pression constante des réseaux sociaux et du trafic d’e-mails crée une pression permanente pour laquelle un simple mortel n’est pas équipé. Notre cerveau, qui a évolué pendant des millions d’années, ne peut pas gérer cette overdose.
  • Les cadres ne sont pas corrects et les entreprises ne prêtent pas attention aux besoins de leurs employés. L’environnement de travail devient alors « toxique ».
  • Il y a ensuite des circonstances exceptionnelles, comme la pandémie de Covid-19, qui a fait disparaître l’atmosphère de groupe, entraînant une chute de l’engagement. Le stress généré par la crise énergétique actuelle, qui fait craindre à de nombreux salariés de ne pas pouvoir payer leurs factures, est un facteur supplémentaire.
  • Enfin, il y a le fameux « Pourquoi ? », une question que de nombreux employés posent à l’entreprise. Faire des bénéfices et payer des salaires ne suffit plus, l’entreprise doit aussi, si possible, changer le monde.
  • Cependant, les raisons profondes sont rarement discutées et, en fait, sont presque non échangeables, car elles constituent la base de notre système capitaliste.

Raison 1 : De quoi suis-je responsable ?

Adam Smith, le plus grand penseur économique de l’histoire, l’a écrit en 1776 à la première page de son épopée « La richesse des nations », la bible du capitalisme qui a jeté les bases de la révolution industrielle. La page 1 du premier livre – pour ceux que cela intéresse, il compte 960 pages – explique l’essence du système économique qui est devenu la base de notre improbable prospérité au cours des 250 dernières années : LA DIVISION DU TRAVAIL.

Avant 1750, nous avions une société agraire dans laquelle les agriculteurs géraient leur travail de A à Z par eux-mêmes. Cependant, les capitalistes ont très vite compris qu’il est préférable de diviser chaque travail en plusieurs tâches. Personne ne pouvait plus voir la situation dans son ensemble et, pour beaucoup, l’implication était également largement perdue. Le sentiment de faire une différence dans votre travail augmente à mesure que vous voyez l’impact de votre contribution.

Dans un environnement de travail tayloriste, cette motivation disparaît. Et cela ne peut plus être résolu. Même dans l’économie de services actuelle, la plupart des salariés – mais aussi la plupart des indépendants – ne réalisent qu’une petite partie de l’ensemble. Ils programment quelques lignes de code parmi des millions, ils examinent une petite partie du dossier juridique lié à leur spécialisation, et ainsi de suite.

Raison 2 : Vous êtes aussi un loser ?

La deuxième raison est d’ordre psychologique. Avant 1750, un emploi ne servait guère plus qu’à mettre du pain sur la table. Le fermier devait faire la récolte, le noble percevait les impôts et le chevalier assurait la sécurité. Toute la société féodale a été bouleversée. En outre, l’humanisme est apparu en symbiose avec le siècle des Lumières. L’homme est devenu le centre du monde, et non plus Dieu.

Mais cela a créé une pression incroyable parce qu’il n’était pas clair de savoir comment vous deviez vivre cette vie. Vous deviez faire votre propre vie et vous étiez responsable de votre propre destin. Tout cela était bien beau quand tout allait bien, mais malheureusement, dans une société capitaliste, tout va terriblement mal pour beaucoup de gens. On les appelle les « perdants », alors que dans la société préindustrielle, ils étaient des personnes « malchanceuses » qui ne pouvaient pas vraiment y faire grand-chose.

Raison 3 : « Je travaille donc je suis »

Cela nous amène à la troisième raison. Aujourd’hui, il y a une question par laquelle commencent toutes les conversations lors des réceptions : « QUE FAITES-VOUS ? C’est mortel si vous êtes au chômage ou si vous n’êtes pas assez intéressant. Aujourd’hui, vous êtes réduit à la fonction figurant sur votre carte de visite. Si vous perdez votre travail, c’est comme si vous vous perdiez vous-même.

C’est pourquoi les amis sont si importants : ils ne demandent pas ce que vous faites tous les jours, mais ils s’intéressent à qui vous êtes.

Une bonne dose de réalisme comme antidote

Existe-t-il donc une solution au mal-être au travail ? Tout d’abord, il est essentiel de ne pas créer de fausses attentes en matière de travail. Après tout, le travail est juste parfois moins agréable.

En outre, il n’est pas toujours bon de laisser son travail définir l’ensemble de sa personnalité. Vous pouvez perdre votre emploi et vous devez alors vous demander ce qu’il reste de vous-même.

Ce n’est pas une bonne idée de ne s’engager qu’à moitié. Un travail bâclé vous rend également très fatigué. Un travail bien fait est toujours meilleur pour l’image que vous avez de vous-même. Même si vous ne recevez pas de reconnaissance pour cela.

Dans l’intervalle, il est certainement judicieux de chercher un emploi dans lequel vous vous sentez bien. Qui sait, un jour, ce sera peut-être le bon et vous ferez peut-être partie des 5 % qui brillent vraiment lorsqu’ils se rendent au travail.


Xavier Verellen est un auteur et un entrepreneur. Il est propriétaire de la société de conseil PaloAlto33 (www.paloalto33.be) et de la scale up QelviQ (www.qelviq.com).

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20