Pourquoi la Micronésie se retrouve au cœur de vives frictions entre les États-Unis et la Chine

Les États fédérés de Micronésie vont puiser dans un fonds américain pour construire un câble de communication sous-marin dans l’océan Pacifique. Auparavant, le pays avait dû rejeter un projet similaire, confié à une entreprise chinoise, parce que les autorités américaines considéraient cette initiative comme un risque pour la sécurité.

Un certain nombre de sources l’ont confirmé à l’agence de presse Reuters. La Micronésie se trouve dans une région et un secteur où les États-Unis et la Chine sont en profonde rivalité.

Espionnage

Ces dernières années, les États-Unis ont manifesté un grand intérêt pour divers projets de pose de câbles à fibres optiques dans l’océan Pacifique. Ceux-ci étaient destinés à améliorer considérablement les communications avec les États insulaires. Les câbles sous-marins ont une capacité de transmission de données bien supérieure à celle des satellites.

Mais les Américains craignent que des entreprises chinoises ne s’immiscent dans leurs affaires. Ce qui pourrait compromettre la sécurité régionale. Bien que Pékin ait toujours nié toute intention d’utiliser les infrastructures câblées à des fins d’espionnage.

Selon Reuters, la Micronésie utiliserait les fonds américains pour créer une liaison entre Kosrae et Pohnpei, deux des quatre entités qui composent le pays. Le plan reproduit une partie d’un itinéraire qui avait été proposé dans le cadre d’un projet antérieur de 72,6 millions de dollars soutenu par la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement.

Toutefois, ce projet, qui concernait également Nauru et Kiribati, avait été abandonné après que le gouvernement américain a exprimé des inquiétudes quant à l’attribution du contrat à Huawei Marine – rebaptisé HMN Technologies – qui est détenu majoritairement par Hengtong Optic-Electric, un groupe enregistré à Shanghai.

Joe Biden s’en mêle

La Micronésie pourrait tirer un budget d’environ 14 millions de dollars via l’American Rescue Plan. Une initiative mise en place par le président américain Joe Biden pour fournir des fonds dans le pays et dans le monde afin d’aider à faire face aux conséquences de la crise du coronavirus – tant sur le plan sanitaire qu’économique.

Les États-Unis et la Micronésie entretiennent des relations géopolitiques de longue date, consacrées par le Compact of Free Association, un accord vieux de plusieurs décennies entre les États-Unis et les anciens territoires sous tutelle du Pacifique. En vertu de cet accord, le gouvernement américain est responsable de la défense de la Micronésie.

Le nouveau câble serait probablement connecté au câble sous-marin Hantru-1, utilisé principalement par le gouvernement américain pour maintenir les communications avec Guam.

Les câbles sous-marins constituent l’un des fronts les plus récents et les plus sensibles de la rivalité entre la Chine et les États-Unis dans les régions stratégiques du Pacifique. Bien que la Micronésie entretienne des liens étroits avec les États-Unis, elle a également des liens diplomatiques et commerciaux de longue date avec la Chine.

Certains politiciens américains ont déjà prévenu que les entreprises chinoises pourraient nuire aux appels d’offres concurrentiels grâce aux subventions de leur gouvernement.

L’empire des hackers

Huawei Marine figure sur la liste noire du ministère américain du commerce. Cela signifie que les ventes de biens et de technologies américains à l’entreprise sont limitées.

La Chine a fermement réfuté ces accusations. Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que ses firmes avaient de bons résultats en matière de cybersécurité.

« La prétendue menace pour la sécurité alléguée par les États-Unis est totalement infondée et a clairement des arrière-pensées », ont déclaré les porte-paroles du gouvernement chinois. « Il est clair pour le monde entier quel parti agit comme un véritable empire de hackers en espionnant et en volant des secrets ».

Reuters note en outre que l’Australie, un solide allié régional des États-Unis, a également renforcé sa présence dans le Pacifique. Cela s’est traduit par la création d’un fonds de 1,48 milliard de dollars, qui permet aux États insulaires de financer des projets d’infrastructure clés, notamment la construction de câbles de communication.

Nauru aurait déjà négocié des plans pour se connecter au Coral Sea Cable, un câble soutenu par l’Australie, le long des îles Salomon.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés