Cyberattaque après cyberattaque : comment la Chine s’est vengée de l’Australie, et ce, à but stratégique

Après que les relations entre l’Australie et la Chine se sent récemment dégradées, le pays anglo-saxon a dû faire face à des « vagues successives » de cyberattaques. C’est ce que révèle un nouveau rapport de l’agence de presse Bloomberg. Selon les experts, même les pays les plus riches sont en danger s’ils irritent un tant soit peu la Chine.

Pourquoi est-ce important ?

Les Chinois (et par là, nous entendons surtout les fonctionnaires du Parti communiste chinois) veulent montrer aux autres gouvernements asiatiques les enjeux de leur politique étrangère ; le positionnement par rapport aux États-Unis et à la Chine est particulièrement important. L'Australie est la victime idéale pour la Chine, en tant que figurante involontaire dans son théâtre de force.

Les incidents ont commencé en avril de l’année dernière. Puis les réseaux du gouvernement australien ont été soudainement « inondés » par des bots chinois. Le Premier ministre australien Scott Morrison avait juste avant lancé un appel à une enquête internationale indépendante sur les origines de Covid. Après son moment de presse, l’Australie a soudainement connu « des mois d’attaques de piratage actives » sur des serveurs stratégiques tels que ceux du Met Office et des ministères de la Défense et de la Santé, ainsi que sur le réseau de messagerie électronique du Parlement.

« Attaque massive »

Les robots ont mené une « attaque massive » et, fait frappant, ils n’ont pas fait grand-chose pour cacher ce qu’ils faisaient.

C’était comparable à « quelqu’un qui venait chez vous et frappait à votre porte », a décrit Robert Potter, PDG d’Internet 2.0, une société australienne de cybersécurité.

La portée cybernétique de la Chine « est détectable sur presque tous les serveurs gouvernementaux ». Ce n’est pas subtil et cela augmente et diminue en fonction des relations entre nos deux pays », explique M. Potter.

APTs

Pékin nie habituellement toute implication. Mais des experts en informatique ont remonté la piste jusqu’aux « systèmes utilisés » par des « APT » opérant depuis la Chine, rapporte Bloomberg.

  • Une APT ou menace persistante avancée est une cyberattaque ciblée et soutenue. Dans ce type d’attaque, une personne non autorisée accède à un réseau sans être détectée et sur une longue période de temps.
  • L’objectif est d’obtenir un accès permanent et de voler des données.
  • Les attaques APT visent principalement les pays et les organisations.

L’une des plus grandes campagnes de piratage de l’année dernière

La campagne de piratage anti-australienne a été l’une des plus importantes observées dans le monde au cours de l’année écoulée, malgré l’omniprésence des hacks, cracks et attaques par ransomware qui ont eu lieu dans le monde entier au cours des 12 à 18 derniers mois.

Selon le rapport, cela a incité l’Australie à annoncer en juin 2020 qu’un « cyberacteur étatique […] ciblait les organisations australiennes à travers une série de secteurs, y compris tous les niveaux du gouvernement et l’industrie ».

« Il n’y a pas beaucoup d’acteurs étatiques (dans le monde, ndlr) qui peuvent s’engager dans ce genre d’activité », avait alors déclaré le Premier ministre Morrison, faisant référence à la Chine. La Chine a bien sûr démenti ces allégations, déclarant : « Le gouvernement et les médias australiens ont à de nombreuses reprises accusé à tort la Chine de piratage informatique, sans preuves insuffisantes. »

Cependant, Mike Burgess, le directeur général de la sécurité nationale australienne, n’a pas semblé trop enclin à blâmer la Chine. Il a laconiquement commenté l’espionnage : « Nous le faisons tous ».

En mars, il a déclaré à Sky News : « Lorsque je pointe mon doigt vers vous et que je vous accuse d’espionnage, j’ai trois doigts qui me pointent. Mais parfois, les gouvernements ont raison de le faire parce que quelqu’un a dépassé les bornes – il ne s’agit pas seulement de voler des secrets militaires. Il peut aussi s’agir de quelque chose d’autre qui est (…) nuisible à notre nation. Et c’est le jugement que les gouvernements sont les mieux placés pour faire. »

Sanctions économiques

Entre-temps, la Chine a accusé l’Australie de se plier aux exigences de Washington et l’a menacée de sanctions économiques. L’enchevêtrement économique entre les deux pays est important ; par exemple, la Chine a apporté à l’Australie environ 16 milliards de dollars de revenus en 2019.

L’ambassadeur chinois Cheng Jingye a déclaré : « C’est au peuple de décider. Peut-être que les gens ordinaires diront : « Pourquoi devrions-nous boire du vin australien ? Manger du boeuf australien ? »

Hugh White, ancien officier de renseignement, aujourd’hui professeur émérite d’études stratégiques à l’Australian National University, est impressionné : « La façon dont la Chine traite l’Australie est frappante, voire unique. Je ne peux pas penser à un autre pays qui a subi des pressions dans autant de domaines. »

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20