Pour s’affranchir des énergies fossiles russes, la France mise sur les pompes à chaleur

La guerre en Ukraine met les pays européens devant le fait de leur dépendance énergétique face à la Russie. Ils veulent s’en affranchir, et les solutions fleurissent, donnant également un coup de boost aux solutions plus climate friendly. La France mise sur les pompes à chaleur pour sortir des énergies fossiles utilisées pour le chauffage, et annonce de nouvelles subventions. Les subventions pour les chauffages au gaz sont supprimées.

Pour 2027, la France veut se passer des importations de gaz et de pétrole russes. Le gaz et le mazout notamment sont utilisés dans les chauffages. Dans les armes contre la dépendance russe, le France mise alors sur la pompe à chaleur, qui puise les calories présentes dans l’air, pour remplacer les chauffages aux énergies fossiles.

Dès le 15 avril, et jusqu’à la fin de l’année, les Français auront droit à 1.000 euros supplémentaires de subsides, s’ils décident d’acheter des systèmes de chauffage « vertueux », comme la pompe à chaleur ou un chauffage à la biomasse. Les aides pour l’installation d’un chauffage au gaz seront supprimés, rapporte Reuters.

Pour rénover les installations des communes et des entreprises, une enveloppe supplémentaire de 150 millions est sur la table. Le but est là de passer à plus de chauffages tournant à la biomasse.

La pompe à chaleur a le vent en poupe, mais y est-on gagnant?

Ces dernières années, la pompe à chaleur a le vent en poupe. En Belgique par exemple, les installations de chauffages au énergies fossiles seront interdites dans les années à venir, profitant alors à la pompe à chaleur. Selon l’Association européenne des pompes à chaleur, citée par Reuters, les pompes à chaleur ont représenté 25% des ventes de nouveaux chauffages en Europe, sur un total de 7 millions d’unités. Dans les nouveaux bâtiments, elles deviennent aujourd’hui déjà la norme, et sont de plus en plus implémentées lors de rénovations.

Pour le consommateur, la pompe à chaleur peut également sembler intéressante. Il ne devra plus acheter d’énergie fossile, et l’énergie du soleil (« calories ») présente dans l’air est gratuite, mais la machine en elle même est plus chère qu’un chauffage au gaz, par exemple. Elle peut atteindre le double du prix, environ.

En plus, d’un autre côté, la pompe à chaleur consomme de l’électricité pour fonctionner : le calcul de la rentabilité pourrait donc s’étendre sur le temps. En combinant une pompe à chaleur à des panneaux solaires par exemple, la facture sera encore davantage réduite. Mais même dans ce cas de figure, la gratuité est inatteignable.

Au-delà des frais et de l’enjeu géopolitique des énergies fossiles russes, la pompe à chaleur a encore l’objectif de réduire les émissions de CO2. L’énergie et le chauffage représentent jusqu’à 40% des émissions de gaz à effet de serre.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20