« Pour les entreprises chinoises cotées à la bourse américaine, c’est game over »

David Loevinger, directeur général du gestionnaire d’actifs TCW Group, est convaincu que d’ici trois ans, toutes les entreprises chinoises auront disparu de la bourse américaine. « En raison des tensions croissantes entre la Chine et les États-Unis, les entreprises chinoises préféreront s’inscrire à la cote à Hong Kong ou à Shanghai », a-t-il déclaré dans une interview accordée à CNBC.

L’application de taxi chinoise Didi a annoncé au début du mois qu’elle quittait la bourse américaine. La société est désormais pleinement engagée vers une cotation à Hong Kong. À l’époque, des sources de Reuters avaient révélé que les régulateurs chinois avaient mis la pression sur Didi pour qu’elle présente un plan de retrait de la Bourse de New York en raison de préoccupations concernant la sécurité des données.

Double cotation

Selon David Loevinger, dans les années à venir, de nombreuses autres entreprises chinoises vont emprunter le chemin tracé par Didi. « Je suis convaincu que la partie est terminée pour les entreprises chinoises cotées en bourse aux États-Unis », a-t-il déclaré à CNBC.

Certaines grandes entreprises chinoises ont déjà préféré s’inscrire à la fois sur les bourses américaines et de Hong Kong, ce que l’on appelle la double cotation (dual listing). Parmi les noms notables, citons le géant du commerce électronique Alibaba, son rival JD.com, le géant des moteurs de recherche Baidu, la société de jeux NetEase et le géant des réseaux sociaux Weibo.

Accès aux données des entreprises chinoises

L’origine de cette tendance se trouve dans les tensions entre la Chine et les États-Unis. La Chine est terrifiée à l’idée que les États-Unis puissent accéder aux données de ses entreprises. Entre-temps, la Securities and Exchange Commission (SEC) a finalisé ce mois-ci les règles de mise en œuvre d’une loi qui permettrait à l’autorité de régulation du marché de refuser la négociation aux sociétés étrangères cotées aux États-Unis si elles ne fournissent l’accès aux données de l’entreprise.

La loi a été adoptée en 2020 après que les régulateurs chinois ont rejeté à plusieurs reprises les demandes du Public Company Accounting Oversight Board d’inspecter les audits des entreprises chinoises cotées à la bourse américaine.

M. Loevinger ne s’attend pas à ce que les tensions entre les deux pays s’apaisent rapidement. « Nous n’allons pas résoudre ce problème dans les prochaines années », a-t-il avancé. « La réalité, je pense, est donc que d’ici 2024, la plupart des entreprises chinoises cotées à la bourse américaine diront adieu à leur cotation américaine. La plupart retourneront à Hong Kong ou à Shanghai. »

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20