Plus de 5 % des comptes courants belges sont dans le rouge, et pourquoi il ne vaut mieux pas en arriver là

Selon les chiffres de la fédération bancaire Febelfin, l’année dernière, 1,2 million des presque 20 millions de comptes courants dans notre pays étaient dans le rouge, soit plus de 5 %. Et cela n’est pas sans conséquence.

Selon les chiffres de Febelfin, 6,1 % des quelque 20 millions de comptes courants belges étaient dans le rouge l’année dernière, et cela représente une augmentation de 40% par rapport à la fin de 2020. Selon la fédération bancaire, cette augmentation s’explique par le redémarrage après la crise pandémique et par la croissance économique.

Plongée en dessous de 0

En principe, il n’est pas possible de descendre dans le négatif pour tous les comptes courants. Par exemple, de nombreuses formules de comptes ne vous permettent pas de retirer de l’argent si le solde disponible est insuffisant. Du moins, c’est la théorie, car dans la pratique, il arrive parfois que le compte courant passe au rouge. Cela peut être le cas, par exemple, après un règlement par carte de crédit ou un prélèvement automatique. Dans ce cas, on parle d’un découvert non autorisé.

Dans d’autres cas, les banques proposent des formules qui permettent de faire descendre le solde en dessous de zéro. Cela est possible grâce à une ligne de crédit ouverte ou à une facilité de découvert. Dans ce cas, l’institution financière détermine à l’avance à quel point vous pouvez tomber dans le rouge, mais la majorité des comptes courants des grandes banques ne sont pas assortis d’une facilité de découvert. Chez le leader du marché, BNP Paribas Fortis, par exemple, c’est le cas pour 80,6 % des comptes. Chez KBC, ce taux est de 84 %.

Argenta annule la facilité de débit

De toute façon, les banques n’apprécient guère que des comptes courants virent au rouge. Argenta a annoncé au début du mois que les 105.000 clients qui disposaient encore d’une facilité de débit verraient cette option disparaître à partir du 1er juillet.

Jusqu’en 2014, les clients de cette banque avaient la possibilité de demander une ligne de débit, qui leur permettait de passer dans le rouge sur leur compte courant. 105.000 d’entre eux l’ont encore, la plupart pour 125 euros. Ces clients ont jusqu’au 30 juin pour apurer leur compte. A partir de juillet, la banque considèrera qu’il y a un découvert non autorisé lorsque le compte courant vire au rouge.

Pénalités

Dans tous les cas, il n’est pas bon de laisser le solde de votre compte courant descendre en dessous de zéro, même si vous avez cette possibilité, car vous devrez alors payer des intérêts de pénalité élevés. Dans le cas d’un découvert non autorisé, les intérêts de pénalité sont plus élevés que dans le cas d’un découvert autorisé. Chez BNP Paribas Fortis, le taux d’intérêt de pénalité pour un découvert est de 9,5% (jusqu’à un maximum de 1.250 euros) ou de 8,5% (jusqu’à un maximum de 2.500 euros), selon la fiche tarifaire de la banque. Pour un découvert non autorisé, le pourcentage passe à 12,1 %. À Argenta, il est de 8,5 %. Il existe donc de nettes différences entre les banques.

Dans le cas d’un découvert, les banques sont tenues de respecter les plafonds légaux. Pour une facilité de découvert jusqu’à 1.250 euros, ce taux est de 9,5 %, et pour une facilité de découvert jusqu’à 5.000 euros, le taux de pénalité ne peut pas dépasser 8,5 %. De nombreuses banques appliquent ces taux maximums.

D’autres coûts peuvent également être associés à un compte courant présentant un solde négatif. BNP Paribas Fortis, par exemple, facture une commission de 7,26 euros par transaction refusée. Certaines banques envoient au client un avertissement lorsqu’un compte passe en dessous de zéro. Via l’application de votre banque, il est très facile de vérifier combien d’argent se trouve encore sur votre compte.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20