Le pire mois de juin pour les ventes de voitures en Europe depuis 1996: « L’industrie ne surmontera pas rapidement les contraintes de stocks »

Les constructeurs automobiles européens connaissent leur pire année depuis des décennies : les ventes de voitures neuves ont atteint un niveau jamais vu depuis 1996. Les problèmes persistants de la chaîne d’approvisionnement et l’inflation galopante semblent en être les responsables.

Selon les données de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), le plus grand groupe de pression du secteur sur le continent, il y a eu 17 % de ventes de voitures neuves en moins en juin que durant le même mois de l’année précédente. Le groupe Volkswagen est le plus touché : le géant allemand de l’automobile a vendu 24% de voitures en moins qu’en juin 2021.

L’une des principales causes de ces mauvaises ventes reste la pénurie mondiale de puces électroniques. Depuis un certain temps, ce marché est aux prises avec des hausses de prix radicales, causées par la pandémie et des sécheresses exceptionnellement graves à Taïwan, le plus grand producteur au monde, alors qu’une grande quantité d’eau est nécessaire à la fabrication des puces.

De plus, l’inflation en Europe a augmenté de façon notable ces derniers mois : selon les estimations de la Commission européenne, elle sera d’environ 7,6 % dans la zone euro en 2022, avec des pics de plus de 20% dans certains pays. En conséquence, le pouvoir d’achat des consommateurs diminue et ils sont plus susceptibles de reporter l’achat d’une nouvelle voiture.

La chaîne d’approvisionnement toujours en difficulté

La chaîne d’approvisionnement en composants et en matières premières souffre également de la situation économique difficile. Le prix de certains produits chimiques utilisés dans la fabrication des voitures, comme le benzène, est monté en flèche au cours des derniers mois. Cette augmentation de prix est répercutée sur les clients, qui sont obligés à payer plus cher pour acheter une nouvelle voitures.

Selon un rapport du cabinet d’analyse LMC Automotive, l’industrie automobile continuera à connaître un creux pendant un certain temps en raison de tous ces facteurs. « L’industrie ne surmontera pas rapidement les contraintes liées aux stocks », affirme le cabinet.

Si l’on ajoute à cela que la pénurie d’énergie imminente pourrait rendre la production encore plus coûteuse, il apparaît rapidement que l’industrie automobile n’est pas prête de voir le bout du tunnel.

Lumière au bout du tunnel?

Mais tout n’est pas sombre. Selon une analyse de Bloomberg Intelligence, il est tout à fait possible que les ventes de voitures augmentent à nouveau au cours du mois à venir par rapport à juillet 2021. Toutefois, cela s’explique principalement par le fait que l’année dernière, beaucoup moins de voitures ont été vendues au cours de ce mois qu’en juin. Bloomberg qualifie donc la comparaison de « facile ».

Cela ne signifie pas que les problèmes seront résolus, mais il s’agit d’une victoire symbolique pour les constructeurs automobiles : après tout, pendant 12 mois consécutifs, les ventes ont été inférieures à celles du même mois de l’année précédente.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20