Peur panique ou optimisme prudent ? Les grandes entreprises américaines n’ont jamais autant parlé d’inflation

L’inflation américaine n’est pas la seule à être en hausse. C’est surtout la crainte de l’inflation qui augmente de façon spectaculaire. Jamais auparavant les entreprises de l’indice boursier S&P 500 n’ont autant eu le mot « inflation » à la bouche que lors des téléconférences de 2021. Est-ce un signe de panique ou, curieusement, un signal optimiste ?

Les Américains ont été surpris en mai par un taux d’inflation de 5%, bien plus élevé que prévu. Le président de la Fed, Jerome Powell, prévoit de relever les taux d’intérêt à deux reprises en 2023, tandis que d’autres voix au sein de l’organisme pensent que l’inflation pourrait retomber en 2022. Ce qui est certain, c’est que les craintes inflationnistes agitent le marché.

Inflation-mania: tous ceux qui suivent l’économie américaine ont le mot qui commencent par « i » en tête.

  • Les prix de pratiquement tous les biens et services sur le marché américain ont augmenté au cours des derniers mois. Une conséquence directe de la progression de l’inflation.
  • Il s’agit évidemment d’un sujet populaire dans les téléconférences des sociétés cotées au S&P 500.
  • Selon Factset, ce mot est régulièrement apparu cette année lors de l’annonce des résultats du premier trimestre de 197 de ces grandes entreprises américaines.
  • C’est le nombre le plus élevé de grandes entreprises qui discutent de l’inflation lors de téléconférences depuis 10 ans.
  • Lors des téléconférences organisées à la fin du premier trimestre de 2020, moins de 60 de ces entreprises parlaient d’inflation.
  • Mais si le sujet n’a jamais été aussi brûlant, ce n’est pas nécessairement un point négatif.

Pourquoi ce n’est (peut-être) pas si grave: John Butters, analyste de Factset, a analysé ce qui a été dit exactement sur l’inflation lors de ces téléconférences.

  • La plupart de ces 197 entreprises, malgré la hausse de l’inflation, prévoient une belle croissance des marges bénéficiaires et des bénéfices nets.
  • « La majorité du S&P 500 prévoit désormais un ratio de croissance et une marge bénéficiaire nette plus élevés qu’en mars », estime M. Butters.
  • Selon une enquête de la Deutsche Bank, une inflation plus élevée que prévu sur le marché est toujours considérée comme « le plus grand danger pour l’économie ».
  • Mais 72% des personnes interrogées continuent de penser que l’inflation est surtout « transitoire ».
  • Le marché est donc effrayé, mais croit encore à la nature temporaire du fantôme de l’inflation qui apparaît.

Sur le même sujet:

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20