La peur d’une inflation galopante est-elle vraiment fondée? La chute des prix du cuivre, du bois et du maïs est un signal contraire

Alors que les investisseurs attendent avec impatience la prochaine mise à jour des chiffres de l’inflation de la Réserve fédérale américaine, certains marchés se stabilisent déjà. Par exemple, le prix des principales matières premières a cessé de s’envoler ces derniers jours, et dans certains cas, il a même baissé. L’offre de biens immobiliers aux États-Unis commence également à diminuer fortement. Tous les signes indiquent que la peur panique d’une inflation galopante n’est peut-être pas fondée.

Pourquoi est-ce important ?

La Fed a annoncé de mauvaises nouvelles en mai dernier. L'inflation dans l'économie américaine a atteint 5%. Ce chiffre était beaucoup plus élevé que ce que les économistes et les investisseurs avaient prévu. Il s'agit de la plus forte hausse de l'inflation depuis août 2008.

Pendant ce temps, sur le marché: si les chiffres de l’inflation au mois de juin ne sont pas encore connus, le prix de certaines matières premières constitue un bon indicateur de la santé du marché. Certaines de ces matières premières montrent déjà des signes de ‘refroidissement’ après des semaines de fortes hausses des prix.

  • Prenez le bois, par exemple. Le prix de ce matériau de construction a augmenté de plus de 200% depuis le début de la pandémie, alors que la demande continuait à monter en flèche.
  • C’était principalement dû aux Américains qui profitaient des lockdowns pour travailler sur leurs propres maisons et avaient donc besoin de beaucoup de bois.
  • Depuis le pic atteint en mai, les prix ont déjà chuté de 40%.
  • Ensuite, il y a le prix du cuivre. Le métal, souvent considéré comme une matière première dont la hausse des prix annonce le début d’une reprise économique, a connu une grande popularité sur le marché ces derniers mois.
  • L’offre de ce métal s’est réduite, tandis que la demande n’a fait qu’augmenter, surtout en 2021.
  • Selon Bank of America, le prix du cuivre pourrait même atteindre 25.000 dollars la tonne d’ici 2025.
  • Toutefois, ce scénario semble désormais moins réaliste, le métal ayant également déjà ‘refroidi’.
  • La semaine dernière, le cuivre se vendait à 10.000 dollars la tonne.
  • En mai, le maïs se vendait à 732 cents de dollar le boisseau. C’est d’ailleurs le prix le plus élevé jamais atteint par la céréale.
  • En seulement un mois, le prix de la denrée est cependant repassé sous la barre des 600 cents le boisseau.
  • L’augmentation initiale du prix de ce produit de base était principalement due à une sécheresse persistante au Brésil, qui faisait craindre une pénurie imminente de l’offre.
  • Grâce à un excellent bulletin météorologique et à des projets de biocarburants prometteurs de l’administration Biden, le marché s’est à nouveau calmé.
  • Enfin, il y a la question de l’immobilier aux États-Unis.
  • Pendant la pandémie, de nombreux Américains ont cherché des maisons en dehors des centres urbains surpeuplés.
  • Mais depuis lors, cette bulle grandissante a commencé à montrer quelques fuites.
  • Si de nombreux Américains souhaitent encore s’éloigner des villes, beaucoup y retourneront après la pandémie. La hausse des prix dans les zones rurales y contribue également.
  • Le nombre d’Américains à la recherche d’un nouveau logement a chuté de façon spectaculaire depuis mai en raison de ces facteurs.

L’essentiel: La hausse considérable des prix d’une série d’articles commerciaux essentiels cette année a été l’une des raisons initiales de la peur de l’inflation. Ces prix élevés étaient presque inévitables alors que l’économie mondiale tentait de se remettre de la pandémie de Covid-19. En effet, le bois et les métaux comme le cuivre sont indispensables lors d’une reprise économique.

  • La stagnation et la baisse des prix ne signifient pas nécessairement que la hausse de l’inflation ne sera pas une réalité.
  • Mais ces marchés constituent des signaux clairs que les banques centrales prendront en compte dans leurs politiques.
  • Maintenant que les prix des principaux produits commerciaux semblent plus sains, la Fed pourrait faire preuve d’un peu plus de patience avant d’éventuellement réduire ses plans d’action.
  • Quoi qu’il en soit, cela fait du bien à la confiance des investisseurs dans le marché et la Fed.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés