Inflation : ‘La BCE pourrait ne plus être libre de resserrer sa politique monétaire en cas de nécessité’

Les chiffres élevés de l’inflation alimentent les craintes que les banques centrales ne soient obligées de resserrer leur politique monétaire plus tôt que prévu. Certains anciens économistes en chef de la Banque centrale européenne (BCE) se demandent si le régulateur modifiera sa politique en cas de forte hausse de l’inflation.

Pourquoi est-ce important?
La politique de la BCE a de profondes répercussions sur notre épargne et nos prêts. En ce moment, nous pouvons emprunter à très faible coût parce que la banque centrale mène une politique monétaire accommodante. Cela signifie qu’elle maintient les taux d’intérêt à long terme à un bas niveau, par exemple en achetant des obligations d’État. De cette façon, la BCE injecte de l’argent dans l’économie réelle. Lorsque l’inflation augmente (lire: plus de 2%), la BCE change normalement son fusil d’épaule. Un resserrement de la politique monétaire se traduit alors par une hausse des taux d’intérêt à long terme et donc par des prêts plus chers. À plus long terme, le taux d’épargne augmentera également.

La semaine dernière, il est apparu clairement que la crainte d’une hausse des taux d’intérêt est bien réelle. Mercredi passé, les investisseurs américains ont massivement appuyé sur le bouton de vente lorsqu’il est apparu que l’inflation américaine avait atteint 4,2% en avril, le chiffre le plus élevé depuis plus d’une décennie. Les craintes d’une hausse des taux d’intérêt ont déjà fait surface à plusieurs reprises cette année.

Une inflation plus élevée que prévu

Plusieurs économistes et experts du marché ont mis en garde à plusieurs reprises contre une inflation plus élevée que prévu. Ils s’attendent à ce que les banques centrales doivent resserrer leur politique plus tôt que prévu. Les gouverneurs de la Banque centrale européenne et de la Réserve fédérale ont déclaré à plusieurs reprises que la poussée de l’inflation était temporaire. Pour l’instant, ils n’ont pas l’intention de modifier leur politique. ‘Nous devons d’abord voir si les fortes pressions sur les prix que nous avons observées en avril vont se poursuivre dans les mois à venir’, a déclaré la semaine dernière le président de la Fed, Christopher Waller.

‘Même lorsque le moment sera venu de resserrer la politique, il est peu probable que la BCE prenne cette mesure immédiatement’, ont récemment déclaré trois anciens économistes en chef de la BCE, dont Peter Praet, au site d’information politique Politico. Selon eux, la BCE pourrait attendre avant de relever les taux d’intérêt, de peur que les dettes publiques n’augmentent trop. Les gouvernements peuvent actuellement emprunter à très bon marché. Dès que les taux d’intérêt augmentent, il devient plus coûteux de contracter de nouvelles dettes ou de refinancer des dettes existantes.

Depuis le début de l’année 2021, les signes de rebond des économies européennes se multiplient. Selon une estimation d’Eurostat, l’inflation européenne (en glissement annuel) pourrait atteindre 1,6% en avril, contre 1,3% en mars. Selon Eurostat, l’inflation de base s’établira à 0,8% en avril. C’est 10 points de base de moins qu’en mars.

La Banque centrale européenne prévoit que l’inflation européenne pourrait atteindre 1,5% en 2021 avant de retomber à 1,2% en 2022. Pour 2023, le régulateur prévoit une inflation de 1,4%. La BCE vise un taux d’inflation de 2% seulement. Selon Philip Lane, l’actuel économiste en chef de la BCE, il n’y a donc aucune raison de resserrer la politique monétaire.

Quid de la dette des Etats ?

Peter Praet se demande dans quelle mesure la BCE pourra changer de politique si l’inflation continue à augmenter fortement. Il craint que les récentes assurances du régulateur de maintenir sa politique accommodante dans un avenir proche n’empêchent la banque d’actionner les freins trop rapidement.

‘Certes, la BCE a toujours dit qu’il ne s’agissait pas d’un engagement ferme, mais d’une ligne directrice. La question reste, bien sûr, de savoir comment la BCE réagira si l’inflation s’envole’, a expliqué Peter Praet. ‘Va-t-elle hésiter et attendre des preuves supplémentaires?’ L’ex-économiste en chef s’attend à ce que la banque centrale s’en tienne à son mandat d’inflation.

Les économistes en chef qui ont précédé M. Praet craignent au contraire que la BCE ne s’écarte de son mandat. Ils affirment que la banque centrale ne peut pas se concentrer uniquement sur la stabilité des prix si les dettes souveraines sont élevées. La politique se concentrera alors sur la maîtrise de la dette publique et la garantie de la solvabilité des États.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20