Personne ne semble échapper à la vague de vente qui frappe les marchés boursiers : « Le fond n’est toujours pas atteint »

Les marchés boursiers traversent une période difficile. Après une journée rouge sang à la bourse des États-Unis, les marchés européens n’arrivent pas non plus à garder la tête hors de l’eau. Le Bel20 a clôturé la journée en baisse de 1,85 % vendredi dernier. Les indices américains ont été frappés à nouveau après quelques heures d’échanges.

Pourquoi est-ce important ?

La Réserve fédérale américaine augmente les taux d'intérêt pour la deuxième fois consécutive. Cette fois, cependant, elle a opté pour une augmentation de 50 points de base. Dans les mois à venir, la banque centrale américaine optera selon toute probabilité pour une nouvelle "double hausse", et cette décision a mis les bourses en ébullition.

L’incertitude règne sur les marchés financiers. Wall Street a viré au rouge sang depuis jeudi. Le Dow Jones a clôturé la journée en baisse de 3,1 pour cent et le S&P500 a chuté de 3,6 %. L’indice technologique Nasdaq a été le plus durement touché avec une perte de 5,1 %. La volatilité est de nouveau à l’ordre du jour sur les marchés boursiers américains : après près de trois heures de négociation, les trois indices sont à nouveau dans le rouge.

Et la saignée est loin d’être terminée : Mike Wilson, le stratégiste en chef pour le marché boursier américain auprès de Morgan Stanley, estime que le cours du S&P 500 devrait encore chuter de respectivement 9%, voire 17% par rapport au niveau de clôture de jeudi soir à 4.150 points.

Les bourses européennes plongent dans le rouge

La chute soudaine de jeudi est survenue de manière plutôt inattendue après que les investisseurs ont réagi positivement mercredi dernier à la décision sur les taux d’intérêt de la Réserve fédérale. Le S&P500 a même enregistré le plus grand gain de clôture en deux ans, avec une hausse de 3 %. Mais la réjouissance a été de courte durée. Les investisseurs ont soudainement semblé réaliser que Jerome Powell, le président de la Fed, avait annoncé le resserrement le plus agressif de la politique monétaire américaine depuis 2000. De nombreux investisseurs se demandent maintenant jusqu’à quel niveau le régulateur pourrait relever les taux d’intérêt au cours des deux prochaines années.

Pendant ce temps, les bourses européennes ont également été touchées par une vague de ventes. Au départ, les investisseurs semblaient garder la tête froide, mais la situation a changé au fur et à mesure que la journée de négociation avançait. Le Bel20 a clôturé la journée de négociation dans le rouge de 1,85 %. L’indice vedette belge avait même brièvement plongé sous la barre symbolique des 4.000 points. L’Eurostoxx50 est entré dans le week-end avec une perte de 1,5 %.

L’or et les cryptomonnaies en baisse

Le marché des cryptomonnaies a également été tiré vers le bas. Sa valeur boursière a chuté de 6,9 % jeudi dernier pour atteindre 1,67 trillion de dollars. Le bitcoin (BTC), la plus grande cryptomonnaie du marché, vaut actuellement 36.300 dollars, soit une baisse de 8 % par rapport à la veille.

En raison de la hausse des taux d’intérêt du marché, l’or a également perdu de son éclat. Pour 1 once d’or, vous payez maintenant 1.880 dollars. Il y a trois semaines, ce prix était encore de 1.990 dollars. Ceux qui investissent dans l’or ne reçoivent aucune compensation sous la forme, par exemple, d’un dividende ou d’un coupon. Un investissement dans l’or devient donc moins intéressant lorsque les taux d’intérêt augmentent. Il en va de même pour les cryptomonnaies : si vous en achetez, votre rendement dépend entièrement de leur prix.

« Le fond n’est pas encore atteint »

Certains experts préviennent qu’après les récentes corrections, le fond n’a pas encore été atteint. Brunello Rosa, PDG de la société d’analyse Rosa & Roubini, a déclaré dans un commentaire au site d’information américain CNBC que les banques centrales vont resserrer encore leur politique et qu’il y aura d’autres mauvaises nouvelles concernant l’activité économique.

« Il est difficile pour les marchés d’être pleinement optimistes lorsque l’inflation augmente, que la croissance diminue et que les taux d’intérêt augmentent rapidement dans le monde entier », analyse-t-il.

Philippe Gijsels, stratège en chef chez BNP Paribas Fortis, livre une lecture similaire. Dans une interview accordée à De Tijd, il note que, cette fois, les banques centrales ne peuvent pas mettre un plancher à la politique en l’assouplissant à nouveau. Ce n’est tout simplement pas possible en raison de l’inflation galopante. « Nous n’avons pas encore atteint le nouveau fond, et lorsqu’il sera atteint, il sera testé plusieurs fois », dit-il.

La banque d’investissement américaine Morgan Stanley ne regarde pas non plus l’avenir sereinement. Michael Wilson, stratège en actions à la banque, a averti à la fin du mois dernier qu’un marché baissier n’était pas exclu. « L’atténuation de l’inflation s’accompagnera d’un ralentissement de la croissance du PIB, des ventes et des bénéfices. Tout cela est mauvais pour les actions », a déclaré le stratège.

Pendant ce temps, l’indice technologique Nasdaq a déjà perdu 20 % par rapport à son sommet de l’automne 2021. Le S&P500 et le Dow Jones devront chuter respectivement de 7 et 10 % pour qu’on puisse parler de marché baissier.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20