Les Pays-Bas veulent fermer le plus grand gisement de gaz naturel d’Europe cette année : « Il est vraiment très dangereux de continuer à y produire »

Les Pays-Bas prévoient de fermer le plus grand champ de gaz naturel d’Europe, le champ de Groningue, d’ici octobre 2023.

Pourquoi est-ce important ?

Jusqu'à l'année dernière, l'Union européenne importait environ 40 % de son gaz naturel de Russie. Cependant, depuis l'invasion de l'Ukraine, les décideurs politiques cherchent des alternatives. L'UE devait réduire rapidement sa dépendance à l'égard des combustibles fossiles russes. Pour ce faire, elle s'est tournée vers les Pays-Bas, entre autres, comme fournisseur potentiel de gaz.

L’actualité : Les chances que le gisement de Groningue offre plus de gaz s’amenuisent.

  • Hans Vijlbrief, le secrétaire d’État néerlandais aux mines, a déclaré au Financial Times qu’il souhaitait fermer le champ de gaz d’ici le 1er octobre prochain.
  • Il est toutefois possible que cette fermeture soit reportée au mois d’octobre de l’année prochaine, si l’Europe se retrouve en pénurie de gaz après l’hiver.
  • Actuellement, le champ de Groningue produit environ 2,8 milliards de mètres cubes de gaz par an. C’est la quantité minimale nécessaire pour faire fonctionner les pompes.
  • Au plus fort de la production, il y a une dizaine d’années, le champ a produit environ 50 milliards de mètres cubes de gaz. Cela représente plus de 10 % de la consommation totale au sein de l’UE.
  • Environ 2.700 milliards de mètres cubes de gaz naturel récupérable se trouveraient sous ce champ de gaz naturel. Cela fait de Groningue le plus grand gisement de gaz naturel d’Europe et l’un des plus grands au monde.

Tremblements de terre

Mais si le gisement de Groningue pourrait apporter une solution à la soif de gaz naturel de l’Europe, il fait l’objet d’une controverse aux Pays-Bas.

  • Cela est principalement dû aux tremblements de terre qui ont frappé la région depuis que le gisement de gaz est actif. Plus de 100 tremblements de terre ont été enregistrés depuis les années 1980.
  • Les maisons de la région sont endommagées depuis des décennies. De nombreux résidents ont déjà reçu une compensation à ce titre. L’indemnisation minimale a été portée à 10.000 euros la semaine dernière. Au total, plus d’un milliard d’euros ont déjà été versés. Un autre montant de 8 milliards est prévu jusqu’en 2028 pour couvrir les futures demandes de dommages et intérêts.
  • Cependant, depuis le début de la guerre en Ukraine, des pressions ont été exercées sur les Pays-Bas pour augmenter à nouveau la production. M. Vijlbrief a toutefois informé le Financial Times que cela ne se produira pas, « pour des raisons de sécurité ». Le secrétaire d’État a déclaré que si la production était portée à plus de 5 milliards de mètres cubes par an, le risque de tremblement de terre commencerait à augmenter.
  • « C’est très, très simple : tous ceux qui ont une connaissance du risque sismique me disent qu’il est vraiment très dangereux de continuer à produire là-bas. Je suis presque sûr qu’il serait sage de tout fermer », a résumé M. Vijlbrief au Financial Times.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20