L’homme le plus riche d’Europe a un style de management très particulier

Amancio Ortega, le fondateur d’Inditex, la holding qui détient Zara et d’autres chaînes de prêt-à-porter, et qui pèse plus de 100 milliards d’euros, a un style de management très particulier, rapporte The Economist. Ortega vient d’un milieu très modeste et il a commencé à travailler à l’âge de 13 ans dans une boutique de quartier. Zara a été fondée en 1975 ; aujourd’hui, la marque possède plus de 7000 boutiques à travers le monde. Le fait qu’il n’ait pas emprunté le parcours habituel des CEO, et en particulier qu’il n’ait pas suivi d’études supérieures, a profondément influencé son style de management. Plus à l’aise avec la communication orale, il écrit très peu, et n’a jamais possédé ni bureau attitré, ni poste de travail, ni même un ordinateur.

Une préférence pour la proximité

Pour gérer son entreprise, il préfère organiser des réunions dans une salle de design de Zara, la marque vedette de son empire. José María Castellano un proche ancien CEO d’Inditex, affirme que sa méthode de travail consiste à discuter intensivement de certains sujets avec des petits groupes. Il délègue à d’autre le soin de régler les aspects administratifs.Plutôt que de sous-traiter la fabrication des vêtements des pays lointains, il a préféré déléguer 55 % de la confection à des usines en Espagne, au Portugal et au Maroc, des pays proches de ses marchés principaux. Cette répartition permet de livrer 2 fois par semaine des petites collections à la pointe de la mode pour chaque magasin.« Cette préférence pour les interactions personnelles de proximité pourrait même l’avoir été à concevoir la formule derrière le succès de Clara Zara », indique le journal.Enfin, Ortega est un homme très discret qui évite de s’exprimer en public, n’accepte pas les honneurs nationaux et se montre très parcimonieux en matière de philanthropie.

Le second homme le plus riche du monde

Depuis son entrée en bourse en 2001, le cours des actions d’Inditex a plus que décuplé, dépassant ceux des concurrents tels que Gap et H&M. Selon le magazine Forbes, en septembre, la fortune d’Ortega a presque atteint 80 milliards de dollars, ce qui lui a permis de devenir le second homme le plus riche du monde, derrière Bill Gates qu’il a même détrôné brièvement.La plus grande partie de ses revenus provient des dividendes d’Inditex, et il ne les place que dans l’immobilier. Ce mois-ci, il a acquis la plus grande tour de bureaux du quartier d’affaires de Miami, Southeast Financial Center, pour 517 millions de dollars.