Du neuf chez Neuralink, les implants cérébraux d’Elon Musk : « premiers tests cliniques sur des humains dans six mois »

Après maints reports, Musk annonce une nouvelle date pour des essais cliniques de ses implants cérébraux. Cette sorte de puce électronique devrait permettre à des non-voyants de voir et à des paraplégiques de bouger leurs membres.

Pourquoi est-ce important ?

Les implants et puces ont un énorme potentiel en médecine. Ils pourraient notamment rendre certaines capacités à des infirmes. Mais Musk veut aller plus loin : connecter l'Homme à la machine. Science-fiction ou véritable façon de faire de demain ?

Dans l’actu : Elon Musk a tenu une conférence de presse sur l’avancement des puces cérébrales Neuralink.

  • Les premiers tests cliniques de la puce sur des êtres humains pourraient avoir lieu dans six mois, rapporte Reuters. Cette date avait déjà été reportée à plusieurs reprises. Neuralink attend encore le feu vert de la FDA, l’autorité américaine compétente.
  • « Nous voulons être extrêmement prudents et certains que cela fonctionnera bien avant de mettre un dispositif dans un humain », explique Musk.
  • Il reconnaît que le développement est lent, mais il s’attend à ce que les choses s’accélèrent par la suite : « Au début, les progrès, notamment en ce qui concerne les humains, sembleront peut-être terriblement lents, mais nous faisons tout ce qu’il faut pour les mettre à l’échelle en parallèle. Donc, en théorie, les progrès devraient être exponentiels ».

L’essentiel : une puce dans le cerveau, pour quoi faire ?

  • Dans un premier temps, la puce a pour but de rétablir la vue et redonner la capacité de mouvement aux muscles, pour des personnes chez qui les yeux et les membres ne fonctionnent plus. « Même si une personne n’a jamais eu de vision, jamais, comme si elle était née aveugle, nous pensons que nous pouvons toujours restaurer la vision », explique Musk.
    • Aussi prévu pour le futur : guérir le cerveau de malades atteints de Parkinson, d’Alzheimer et de démence.
  • À terme, d’autres opérations, qui dépassent le domaine médical, sont également prévues. L’idée est notamment de contrôler des appareils électroniques via la pensée grâce à cette puce : ce qu’un singe a déjà pu faire pour des jeux vidéo. Neuralink veut également combiner le cerveau humain avec l’intelligence artificielle, mais reste vague sur ce sujet.
    • Pour les critiques de Musk, cela relève de la science-fiction ou de l’idéologie. Un peu comme les autres objectifs du milliardaire : des véhicules 100% autonomes, la colonisation de Mars, etc.
  • Des puces sont cependant effectivement utilisées en médecine. C’est notamment une piste explorée pour permettre aux non-voyants de voir, via un implant rétinien combiné à des lunettes, parfois aussi appelé œil bionique. Mais ce n’est pas comme recouvrer la vue : les personnes seront plutôt capables de voir des nuances de lumière. Pour retrouver le mouvement aussi, des solutions avec des puces existent : un homme qui avait la colonne vertébrale sectionnée a pu réapprendre à marcher grâce à une puce, qui fait le pont entre les terminaisons nerveuses. Mais ce n’est pas encore la panacée.
  • Difficile d’imaginer que Musk puisse d’un coup de baguette magique faire les miracles que toute la communauté scientifique n’a pas été capable de réaliser depuis des décennies de recherche.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20