Seul un narcissisme incontrôlé explique l’implosion des empires de Zuckerberg, Musk et Bankman-Fried

Ces dernières semaines, nous sommes allés de surprise en surprise. Des entrepreneurs qui étaient les plus grandes stars dans leur domaine respectif ont vu leur réputation entachée par leurs propres clients ou par leurs actionnaires. Trois histoires se distinguent : le Twitter chaotique d’Elon Musk, le Meta désabusé de Mark Zuckerberg et l’effondrement de l’empire cryptographique FTX de Sam Bankman-Fried. Tous partagent des caractéristiques similaires, résultat d’un comportement narcissique incontrôlé. Cette semaine a été riche en événements dans l’univers numérique où l’argent et l’orgueil se croisent.

L’implosion de Twitter : à gauche, à droite et à l’envers

Nous avons tous été aux premières loges, sur Twitter notamment, pour suivre l’incroyable trajectoire d’Elon Musk, qui n’avait pas du tout de plan après le rachat du réseau social, qui a licencié la moitié des employés, qui s’est soudainement repenti et qui veut maintenant en réembaucher quelques-uns. Dans un autre registre, Twitter se dirige vers la faillite si les annonceurs ne reviennent pas. Il s’agit d’amortir les 44 milliards de dollars de la facture.

L’implosion de FTX : de « héros à zéro » en deux jours

Une fois de plus, nous avons assisté en direct à la fin de l’entreprise peut-être la plus « hype » de l’industrie de loin la plus à la mode : le « golden boy » de l’industrie cryptographique Sam Bankman-Fried qui, sous son T-shirt un peu usé, valait 32 milliards de dollars il y a seulement quelques semaines. Quand toutes les réclamations seront connues, il ne restera pas un dollar à SBF – le surnom sympa que les gens lui avaient donné. Pire encore, la prison l’attend au tournant, alors qu’il s’est enfui vers l’Argentine.

L’implosion de Meta : parier et perdre

Et puis il y a la tête d’affiche des réseaux sociaux, Mark Zuckerberg, qui s’est tiré une balle dans le pied en faisant des investissements improbables dans une technologie pour laquelle il n’existe aucun modèle économique aujourd’hui : le métavers. Il a déjà réussi à brûler 15 milliards de dollars pour son projet favori. Pendant ce temps, le cours de l’action s’est également effondré et les actionnaires ont perdu 650 milliards de dollars.

Trump et Bezos, malades dans le même lit

On pourrait même aller plus loin et inclure l’implosion de l’empire de Trump, qui a perdu sur tous les fronts lors des élections américaines de mi-mandat. La citation ci-dessous est, bien sûr, à inscrire dans les livres d’histoire.

Quant à Jeff Bezos d’Amazon, il a vu s’évaporer 1.000 milliards de la valeur de son entreprise. Le même schéma se dessine partout. Aux premiers jours, Bezos était un travailleur acharné qui ne vivait que pour son entreprise. Depuis qu’il a rencontré sa seconde épouse, on le retrouve régulièrement dans des soirées prestigieuses et il se laisse distraire par des « projets personnels » tels que des vols lunaires qui n’ont rien à voir avec son activité principale.

Un narcissisme incontrôlé

Le fil conducteur de tous ces drames d’entreprise, c’est le comportement de leurs PDG. Manfred Kets De Vries, professeur à l’Insead, est le plus grand spécialiste mondial des dirigeants qui perdent le contrôle. Sa thèse est que tous les dirigeants sont narcissiques, sinon ils n’arriveraient pas au sommet. La seule question est de savoir si cet amour-propre est contrôlé et contenu de manière à ce qu’il profite à l’entreprise.

Sigmund Freud, bien sûr, est le fondateur de la théorie qui affirme que ce narcissisme trouve son origine dans un traumatisme de l’enfance. Musk est le type qui correspond le mieux à la théorie de Freud : Elon a qualifié à plusieurs reprises son père de « diabolique » et d’être humain le plus terrible qui ait jamais existé. On voit bien où Elon a trouvé son besoin constant de faire ses preuves.

Quoi qu’il en soit, ces trois hommes – ce sont presque toujours des hommes – partagent tous les mêmes caractéristiques.

Caractéristique 1 : une confiance exagérée dans son propre jugement

Musk, Zuckerberg et Bankman-Fried croient vraiment qu’ils ont raison et que le reste du monde ne les comprend pas. Ils prennent généralement les décisions les plus importantes seuls, sans l’avis de leurs pairs et sans analyse approfondie, en se basant principalement sur l’intuition. Dans leurs entreprises respectives, ils étaient les autocrates qui n’avaient pas à obtenir de permission pour lancer un projet. Ils avaient souvent raison, mais parfois, ils se trompaient de manière spectaculaire. Plus les entreprises devenaient grandes, plus ces erreurs devenaient coûteuses.

Caractéristique 2 : l’absence de bouffon

Kets de Vries est un grand partisan de la construction d’un contrepoids. Il fait référence au rôle essentiel d’un bouffon dans l’entreprise, quelqu’un qui ose attaquer et remettre à sa place le PDG inapprochable de manière parfois humoristique ou cynique.

Si vous regardez le nouveau conseil d’administration de Twitter, il y a toujours un homme, l’Homo Zeus lui-même, qui pense que tous les autres sont des idiots. Le tweet ci-dessous montre bien à quel point Musk croit en son mythe.

Il est plus qu’ironique qu’il plaide pour un contrepoids dans la politique américaine alors qu’il est assis seul sur son trône.

Chez Bankman-Fried, les choses étaient encore pires. Là-bas, une certaine Caroline Ellison, qui dirigeait la société sœur Alameda, gérait 10 milliards de dollars( !) de fonds. Cette jeune femme de 28 ans s’est sentie à l’aise lorsqu’elle a débuté dans la société sœur de FTX, car elle a constaté que ses collègues en savaient encore moins qu’elle sur le trading.

Caractéristique 3 : Une dose improbable d’orgueil démesuré

Tout cela conduit naturellement à l’orgueil, l’orgueil de croire que le monde entier se laissera prendre à leur histoire. Sam Bankman n’a pas hésité à crier très récemment qu’il allait bientôt racheter Goldman Sachs. On peut difficilement faire plus démagogique.

En tant qu’investisseur, il est important de voir quelles entreprises sont en phase de croissance, et qui ont donc besoin d’un entrepreneur flamboyant comme Elon, et quelles entreprises ont besoin d’une paire de mains compétentes plutôt que de dilettantes qui commencent à croire trop férocement en leur propre mythe.

Cette semaine a encore démontré ce que les Grecs savaient depuis longtemps. Narcisse est tombé amoureux de son propre reflet dans l’eau et a cessé de fixer l’image qu’il avait de lui-même, une bonne recette pour une fin prématurée.


Xavier Verellen est un auteur et un entrepreneur (www.qelviq.com)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20