Meurtres de Gazprom : de plus en plus d’oligarques russes meurent dans des circonstances suspectes

Il semble y avoir une malédiction autour de la société énergétique russe Gazprom. Au cours des derniers mois, au moins huit oligarques sont morts, dans des circonstances qui sentent le roussi. Le fait que la plupart d’entre eux puissent tous être liés à Gazprom d’une manière ou d’une autre ne fait qu’accroître les soupçons de conspiration.

29 janvier : Leonid Shulman

Le premier « suicide » a eu lieu en janvier, alors que les mots « opération militaire spéciale » ne résonnaient pas encore en Europe. Dans une villa de Leninskoye, un village russe situé non loin de Saint-Pétersbourg, le corps sans vie de Leonid Shulman a été retrouvé avec des coups de couteau aux poignets. À l’époque, M. Shulman était responsable des transports chez Gazprominvest, une société d’investissement et filiale du géant de l’énergie Gazprom.

Shulman était à la maison sous certificat médical au moment de sa mort. Il avait une jambe cassée, qui a été traitée avec un dispositif Ilizarov, qui immobilise la jambe. Dans sa lettre de suicide, qui a été retrouvée près de son corps par la police, il a écrit que la douleur causée par l’appareil était insupportable. Les enquêteurs n’étaient toutefois pas entièrement convaincus de l’authenticité de la note. De plus, avec une valeur se chiffrant en millions, Shulman pouvait se permettre des médicaments coûteux.

Au sein de Gazprom, cependant, Shulman n’était pas une figure irréprochable. Il a fait l’objet d’une enquête du service de sécurité de Gazprom fin 2021, qui a constaté des irrégularités dans le département des transports. Par exemple, Shulman (ou d’autres personnes haut placées au sein de la division) aurait manipulé des pièces de rechange pour la flotte. Le prix des pièces était bien plus élevé que le coût moyen, et Shulman était de toute façon au courant de ce genre de chose.

25 février : Alexander Tyulakov

Un mois plus tard, le 25 février, un autre « suicide » très médiatisé a eu lieu dans la ville pittoresque de Leninskoye, surnommée « le nid de Gazprom » en raison de la présence de plusieurs hauts responsables russes et d’hommes d’affaires de Gazprom.

Le fonctionnaire de 61 ans a été retrouvé mort dans le garage. Au moment de sa mort, M. Tyulakov était vice-président et responsable de la sécurité et des ressources humaines au Centre de compensation unifié (UCC), qui gère les finances de Gazprom.

Peu d’informations supplémentaires sont connues sur la mort de Tyulakov. Cependant, la police aurait été informée de sa mort par un appel téléphonique anonyme. Presque en même temps que la police, le service de sécurité de Gazprom est arrivé sur les lieux. Fin 2021, un audit interne a été réalisé au sein de Gazprom, qui aurait révélé certaines irrégularités.

Il est important de noter : Il ne faut pas confondre Alexander Tyulakov et Alexander Tyuliakov, qui, en tant que directeur de l’UCC, gère la trésorerie de Gazprom. Il est actuellement toujours en vie.

28 février : Mikhail Watford

Le 28 février, quatre jours après le début de l’invasion russe en Ukraine, le corps sans vie de Mikhail Watford a été découvert par son jardinier. Watford est né dans l’ancienne Union soviétique, dans l’actuelle Ukraine, sous le nom de Mikhail Tolstosheya. Il a fait carrière dans le secteur de l’énergie, notamment dans le pétrole et le gaz.

Le corps de M. Watford a été retrouvé dans sa propriété du Surrey, au Royaume-Uni. La villa se trouve dans le parc du Wentworth Club, un club de golf et un complexe, et a été la prison du dictateur chilien Augusto Pinochet à la fin des années 1990, en attendant son extradition vers le Chili.

Bien que M. Watford ait fait fortune dans l’industrie pétrolière et gazière, il n’existe aucun lien direct entre lui et Gazprom. Cependant, certains médias rapportent qu’il figurait sur la liste des cibles de Vladimir Poutine. L’oligarque lui-même a cependant démenti cette affirmation. D’autres sources affirment que son suicide est lié à l’invasion russe en Ukraine, qui a eu un impact sur l’état mental de Watford.

23 mars : Vasily Melnikov

Le 24 mars au matin, le journal russe Kommersant a annoncé la mort de Vasily Melnikov, propriétaire de la société pharmaceutique MedStom. Selon les premières constatations de la police, l’homme d’affaires a d’abord tué sa femme et ses deux enfants, puis s’est suicidé. Les voisins et les proches, cependant, refusent de le croire.

Le média ukrainien Glavred a avancé la théorie selon laquelle l’entreprise de Melnikov a subi de lourdes pertes en raison des sanctions occidentales, et qu’il a donc commis cet acte désespéré. Une autre théorie qui circule prétend que Melnikov se disputait avec un ancien partenaire commercial. Il n’y a aucune preuve d’un lien entre Melnikov ou MedStom et Gazprom.

18 avril : Vladislav Avayev

Le suicide suivant se déroule à nouveau en Russie, plus précisément dans un appartement de luxe à Moscou. C’est là que, le 18 avril, Anastasia, 26 ans, a découvert les corps de son père Vladislav Avayev, de sa femme et de sa sœur Maria, âgée de 13 ans. Selon les premières conclusions, il s’agit d’un meurtre et d’un suicide, Avayev ayant d’abord tué sa famille, puis lui-même. Au total, 14 armes à feu ont été trouvées dans l’appartement.

Avayev avait également un certain statut en Russie, et était, comme beaucoup d’autres dans cette liste, lié à Gazprom. Avayev a amassé sa fortune dans une entreprise de construction russe, avant d’occuper le poste de directeur adjoint d’un important département du Kremlin. Par la suite, M. Avayev est devenu banquier et a longtemps été vice-président de Gazprombank, qui appartient à la compagnie énergétique elle-même et à son fonds de pension, Gazfond.

Igor Volobuev, qui occupait la même fonction au sein de Gazprombank et qui a récemment quitté la Russie pour se battre pour l’Ukraine, remet en question l’ensemble de la situation. Plus encore, il qualifie la mort d’Avayev de « mise en scène », et affirme qu’il s’agit d’un meurtre. Au sein de la Gazprombank, Avayev serait responsable, entre autres, des VIP qui y possédaient des comptes : le cercle restreint de Poutine, et peut-être lui-même.

19 avril : Sergei Protosenja

Moins de 24 heures après la mort d’Avayev, la ville côtière espagnole de Lloret de Mar, lieu de prédilection des Russes fortunés, a été choquée par un nouveau crime. Les médias espagnols ont rapporté que le corps de Sergei Prokoshenko avait été retrouvé dans sa villa, ainsi que ceux de sa femme et de sa fille. C’est le fils qui a donné l’alerte, quand il n’a pas pu joindre sa famille.

Dans la villa, Protosenja aurait d’abord tué sa femme et sa fille, puis se serait suicidé. Exactement la même histoire qu’avec Avayev. Et encore une fois, Gazprom fait partie de l’histoire.

Protosenja a occupé divers postes au sein de Novatek, la plus grande compagnie gazière indépendante de Russie, entre 1997 et 2015. Dans la mesure où l’indépendance signifie encore quelque chose, car Gazprom aurait entre les mains 10 à 20 % de Novatek. Au sein de Novatek Protosenja était déjà vice-président et, jusqu’à sa retraite, chef du département de la comptabilité. Son patrimoine est estimé à 418 millions d’euros.

Dans les milieux de Protosenja, personne ne croit que l’homme était capable de tuer sa famille et de se suicider. Son fils a déclaré au Daily Mail que « son père n’est pas un meurtrier. Je suis sûr qu’il n’a rien fait à ma mère et à ma sœur ». La même rhétorique a été entendue de la part d’Anatoly Timoshenko et de Roman Yuriovich, deux amis proches de Protoshenko. Igor Volobuev affirme également que Protosenja, tout comme Avayev, a été assassiné par le Kremlin.

1er mai : Andrei Krukovsky

Le 1er mai, les agences de presse russes TASS et Interfax ont fait état de la mort d’Andrei Krukovsky. Le Russe de 37 ans serait tombé d’une falaise lors d’une randonnée dans les montagnes du Caucase, non loin de Sotchi, une chute à laquelle il n’a pas survécu.

Jusqu’à sa mort, Krukovski était le directeur général de Krasnaya Polyana, une entreprise qui a construit toutes les installations de la ville du même nom pour les Jeux olympiques d’hiver de 2014. Auparavant, il avait été membre du conseil d’administration de l’entreprise. En Russie même, il a été loué pour son talent et son expertise. Le ministre russe des Ressources naturelles, Alexander Kozlov, a écrit sur Telegram que M. Krukovsky « a fait plus que quiconque pour développer le tourisme dans la région ». Il a fait de Krasnaya Polyana une station balnéaire de haut niveau. »

Il n’est toutefois pas surprenant que le nom de Gazprom revienne ici. Le géant de l’énergie, avec l’aide du président Poutine, aurait acheté et agrandi la station. De plus, lorsque Sochi a été choisie comme ville hôte des Jeux olympiques d’hiver en 2014, Gazprom a eu l’occasion de développer davantage la station. La mort de Krukovsky elle-même a également une odeur suspecte, car l’homme avait déjà des années d’expérience de l’escalade, et avait même conquis le Kilimandjaro et les Elbrouz.

Se débarrasser des renégats

Sept oligarques russes sont morts en l’espace de quatre mois. Cinq d’entre eux sont liés d’une manière ou d’une autre au géant de l’énergie Gazprom. Soit la société est si importante que chaque riche Russe peut y être lié d’une manière ou d’une autre, soit quelque chose se trame au sein de l’oligarchie russe. Le fait que certaines des victimes aient également des liens directs avec le Kremlin ou Vladimir Poutine, montre que la coïncidence ne semble pas exister.

 Krasnaya Polyana, le théâtre des Jeux olympiques d’hiver en 2014 (Isopix)
Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20