Mauvaise nouvelle pour les voyageurs: le prix des billets d’avion va grimper de manière spectaculaire, selon un analyste

La flambée des prix de l’énergie a un impact sur de nombreux secteurs, notamment celui de l’aviation commerciale. Et les compagnies aériennes vont évidemment faire peser cette augmentation de tarifs du carburant sur les épaules des voyageurs. Attendez-vous à une flambée spectaculaire des prix, prévient un analyste.

En un an, les prix du kérosène ont explosé. Ce lundi, le carburant se négociait à un niveau record de 6,76 dollars le gallon sur le marché au comptant de New York, soit plus du triple par rapport à l’année dernière. De quoi craindre une nouvelle flambée des prix aériens.

 « Je n’ai jamais vu ce genre de prix [du carburéacteur] », a déclaré Tom Kloza, cofondateur de Oil Price Information Service, à Yahoo Finance. « C’est spectaculairement élevé. »

Le coronavirus, mais pas que

Les prix records du carburéacteur sur la cote Est des États-Unis – dans le reste du pays, le gallon se négocie sous les 4$, ce qui reste plus élevé qu’en janvier 2021 – sont dus à des retards de livraison de certains fournisseurs, selon l’analyste, mais cette situation est surtout une conséquence collatérale de la pandémie du coronavirus.

Durant les pires pics de la crise sanitaire, les vols commerciaux ont chuté de manière drastique. Les compagnies aériennes n’achetaient tout simplement plus de carburant. Les raffineurs de pétrole se sont alors concentrés sur « la maximisation de leur production de diesel au détriment de la fabrication de beaucoup de carburéacteur, car nous n’en avions tout simplement pas besoin », a affirmé l’analyste.

Les raffineurs n’étaient pas prêts pour répondre à l’explosion de la demande lorsque la « vie normale » a repris. Les stocks de kérosène disponibles étaient limités, de quoi faire grimper la note. Et la récente invasion de l’Ukraine par la Russie n’a rien arrangé.

En réponse à l’invasion russe, l’Occident a imposé des sanctions à la Russie. Or, le pays est le deuxième producteur mondial de pétrole, matière première du kérosène. Cela a forcément eu un impact sur le prix des carburants, car si la Russie continue d’exporter ses énergies, faire affaire avec des entreprises russes est assez mal perçu au niveau international. Les raffineurs tentent de trouver d’autres fournisseurs, mais ce n’est évidemment pas simple.

De plus, en raison de la fermeture de l’espace aérien russe, certains avions doivent faire des détours, ce qui entraine une hausse de la consommation de carburant et donc, une augmentation du billet d’avion.

Une flambée des tarifs en Europe aussi

La côte Est des États-Unis, les compagnies aériennes et les voyageurs américains ne sont pas les seuls à souffrir de l’augmentation des prix du kérosène. La guerre en Ukraine a un impact direct sur les prix de l’énergie en Europe et donc, forcément, sur le prix des billets d’avion sur le Vieux continent.

Les compagnies aériennes qui ne se sont pas suffisamment préparées à la reprise des vols commerciaux ont été fortement impactées par la flambée des prix du carburéacteur.

En France, au mois de février, les prix des billets d’avion ont ainsi progressé de 3,% en moyenne sur le réseau intérieur et de 6,9% sur le réseau international, selon la direction de l’aviation civile (Dgac) qui observe justement les prix de mois en mois. Depuis le début de l’année, la Dgac a constaté une hausse de 6,3% sur la quasi-totalité du réseau. Les long-courriers accusent évidemment la plus forte hausse, avec 8,2%.

À cela s’ajoute un supplément pour compenser le surcoût généré par l’usage de carburants durables, de l’ordre de 1 à 12 euros, comme le rappelle BFM.

Plusieurs facteurs dans la balance

Chez nous, on peut également s’attendre à une révision à la hausse du prix des billets de Brussels Airlines. « En raison notamment de l’évolution actuelle du prix du pétrole brut, de nouveaux ajustements de prix pour les voyages aériens sont probables cette année », a prévenu la compagnie.

À cela s’ajoute l’entrée en vigueur de la taxe sur l’embarquement le 1er avril dernier. Un vol vers une destination en Europe depuis la Belgique coûtera entre 2 et 10 euros supplémentaires par billet en fonction de la distance parcourue.

Et l’augmentation généralisée des prix des billets d’avion pourrait mettre un moment avant de rechuter, car selon certains, le besoin d’évasion post-coronavirus fait que beaucoup sont prêts à accepter ces tarifs plus onéreux. On notera également que l’année prochaine, la taxe carbone européenne viendra s’ajouter aux coûts plus importants du kérosène. Elle passera de 0,17 à 0,50 euro par litre de kérosène/passager.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20