Macron: “La France ne peut pas être réformée parce que les Français détestent les réformes”

“La France n’est pas un pays réformable. Beaucoup ont essayé, ils n’ont pas réussi, parce que les Françaises et les Français détestent les réformes ». Cette déclaration, c’est celle que le président français Emmanuel Macron a faite à l’occasion d’une rencontre avec la communauté française dans la capitale roumaine Bucarest. Macron a entrepris un long voyage de trois jours à travers l’Europe de l’Est afin d’obtenir des concessions pour lutter contre le dumping social.

« C’est un peuple qui déteste cela. (…) Se réformer pour ressembler aux autres, se réformer pour répondre à un chiffre, à une contrainte… Notre pays n’est pas fait ainsi. Par contre, se transformer en profondeur pour retrouver le destin qui est le sien, retrouver la capacité à emmener l’Europe vers de nouveaux projets, être à la hauteur du combat qui aujourd’hui est le nôtre dans un monde en train d’éclater, où les régimes autoritaires émergent, où ce qui a été pendant des décennies le camp de l’Occident, est en train de se fracturer, où le doute s’est installé, ça, c’est un combat (…) qui fait rêver les Français (…) grâce à laquelle nous pouvons convaincre le pays non pas de se réformer, mais de se transformer pour porter cet universalisme, parce que ça a toujours été cela ce qui a fait notre pays ».

« Et je vous dis une chose, Mesdames et Messieurs : nous y parviendrons », a déclaré Macron. «Car les Français ont fait le choix un peu fou d’un mouvement politique nouveau, d’une personnalité politique qui n’existait pas dans leur quotidien depuis longtemps. (…)

Ce n’est pas un désir personnel, c’est la raison de l’histoire profonde. Nous allons réussir, dans les années qui viennent, à porter la voix du monde libre. Ce n’est rien moins que cela l’agenda des prochaines années ».

Macron dépense 26.000 euros par trimestre pour son maquillage

Il semble que Macron déteste lui-même certaines réformes. Cette semaine, il est en effet apparu qu’au cours des trois derniers mois, il avait adressé une note de 26 000 euros aux contribuables français pour le coût d’une artiste de maquillage. Il marche ainsi dans les pas de son prédécesseur, François Hollande. Ce dernier avait fait inclure dans les effectifs de l’Elysée un coiffeur rétribué près de 10 000 euros par mois, et une artiste maquilleuse qui était rémunérée quant à elle 6 000 euros mensuels.