L’UE sort 3,2 milliards pour un ‘Airbus de la batterie électrique’

La commissaire à la concurrence Margrethe Vestager et la présidence de la Commission Ursula von der Leyen. Photo: Philipp von Ditfurth/dpa

La Belgique participera au projet paneuropéen de développement d’une batterie électrique européenne en y apportant 80 millions d’euros.

La Commission européenne a autorisé sept États membres a rassembler un budget de 3,2 milliards d’euros pour un vaste projet. L’Allemagne, la France, la Belgique, l’Italie, la Suède, la Pologne et la Finlande vont apporter une aide publique à un consortium de 17 entreprises. L’intervention belge s’élève à 80 millions d’euros. L’objectif est clair: développer le secteur de la batterie électrique dans l’UE et créer un ‘Airbus’ de la batterie.

Derrière le consortium, on retrouve des grands noms de l’industrie européenne comme BMW, le chimiste BASF ou encore les belges de Solvay. Des petits et moyennes entreprises sont également impliquées dans le projet, pour un total de 70 partenaires à travers le continent.

5 milliards en plus du privé

‘L’aide autorisée permettra de garantir que ce projet important ira de l’avant sans fausser indûment la concurrence’ a indiqué la commissaire à la concurrence, la danoise Margrethe Vestager. Le budget public devrait, en outre, attirer des investissements privés à hauteur de 5 milliards, a-t-elle ajouté dans le communiqué.

‘Une part importante des bénéfices supplémentaires réalisés par les participants sera partagée avec les contribuables grâce à un mécanisme de récupération’, indique la Commission. Si les projets ‘dégagent des revenus nets supplémentaires dépassant les projections, les entreprises restitueront aux États membres respectifs une partie de l’argent perçu auprès des contribuables’

Objectif 0 carbone

Le projet vise le développement des batteries li-ion (ou lithium-ion). Celles-ci durent plus longtemps, se rechargent plus vite et sont davantage respectueuses de l’environnement que les batteries actuellement utilisées.

L’enjeu est fondamental pour l’Europe et les ambitions écologiques affichées. ‘La production de batteries en Europe revêt un intérêt stratégique pour notre économie et notre société compte tenu de son potentiel en termes de mobilité propre et d’énergie, de création d’emplois, de durabilité et compétitivité’, a commenté Margrethe Vestager.