L’Iran prévoit de produire de l’uranium enrichi à 20 % : coup dur pour Joe Biden

Téhéran donne encore un coup de ciseaux dans les accords de Vienne. Une surenchère qui inquiète les États-Unis, alors que Joe Biden tente de faire marche arrière après 4 ans de tension entre l’Iran et Trump.

Ce qui restait des accords de Vienne sur la non-prolifération de l’arsenal nucléaire, et particulièrement sur le programme iranien, vient de voler en éclat. Selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’Iran compte « produire de l’uranium métal avec un taux d’enrichissement de 20 % », en violation totale des engagements internationaux du pays.

Les Iraniens prétendent que cet uranium servira à des fins médicales : des radios par exemple. Mais l’opinion internationale n’est pas dupe et voit là un prétexte pour reprendre des expériences à des fins militaires. « L’Iran n’a aucun besoin civil crédible de poursuivre des activités de production ou de recherche et développement sur l’uranium qui constituent une étape-clé du développement d’une arme nucléaire » ont déclaré dans un communiqué commun les ministres des Affaires étrangères de France, d’Allemagne, et du Royaume-Uni. Et vu de Washington, cette annonce est perçue comme une nouvelle provocation: « C’est inquiétant que l’Iran ait choisi l’escalade avec des expériences qui ont de l’intérêt pour la recherche d’armes nucléaires », a commenté Ned Price, porte-parole du département d’État.

Un avis différent tous les 4 ans

Cette annonce est un coup dur pour Joe Biden. Le nouveau président américain s’efforce depuis plusieurs mois de recoller les pots cassés par son prédécesseur Donald Trump dans tout ce qui a trait à la diplomatie. Et les relations avec l’Iran, traditionnellement tendues, sont d’autant plus compliquées que Trump avait retiré les États-Unis des accords de Vienne en 2018 et avait rétabli des sanctions envers l’Iran alors que, de toute évidence, le pays respectait ses engagements.

Joe Biden tente depuis son entrée à la Maison Blanche de repartir sur une base plus saine, mais les Iraniens ne lui facilitent pas la tâche : malgré la reprise des négociations, Téhéran a imposé des restrictions aux vérifications menées par l’AIEA et a commencé la production d’uranium métal à des fins de recherche scientifique. À la grande inquiétude de la communauté internationale, qui y voit un risque de prolifération nucléaire au Moyen-Orient. Mais d’un point de vue iranien, que vaut la parole américaine si elle change tous les 4 ans ?

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés