L’Iran a un nouveau président et il n’est pas du genre à se laisser faire. Sa tâche principale ? Porter une seconde révolution islamique

Le nouveau président iranien Ebrahim Raïssi a remporté l’élection présidentielle de la semaine dernière à l’issue d’un scrutin fortement truqué et avec un taux de participation extrêmement faible. Que peut-on attendre de lui ? Mais surtout, qu’est-ce que cela signifie pour l’Iran lui-même ?

Les Iraniens contemporains vivent toujours dans l’expérience théocratique de l’ayatollah Ruhollah Khomeini, le père de la révolution de 1979, qui croyait que l’islam était une panacée et l’économie « un truc pour les ânes ». Chaque décennie, une nouvelle génération d’Iraniens désabusés arrive à la conclusion que la République islamique ne peut être réformée par les urnes. Au lieu de rester sur place et de risquer leur vie en tant que dissidents, ceux qui peuvent se le permettre choisissent de partir.

L’ancien ministre iranien des sciences et de la technologie a un jour estimé que la fuite des cerveaux coûtait au pays 150 milliards de dollars par an, soit plus que ce que ne rapportent les recettes pétrolières. L’élection de Ebrahim Raïssi rappelle que les aspirations des Iraniens à une vie meilleure sont en contradiction avec un régime qui semble actuellement indéformable et inébranlable.

M. Raisi est un juge ultraconservateur qui était à la tête du système judiciaire iranien jusqu’à son élection. Il a été accusé d’être impliqué dans de graves violations des droits de l’homme, notamment l’exécution massive de milliers de prisonniers, pour la plupart des dissidents politiques et des manifestants. Ce qui l’a inscrit sur la liste de 2019 des personnes sanctionnées au niveau international.

Plusieurs défis majeurs

En tant que président, M. Raïssi devra relever plusieurs défis majeurs. Il devra négocier le retour des États-Unis dans l’accord nucléaire de 2015. Il devra faire face à la fois à la forte récession économique de l’Iran et à la pandémie de coronavirus qui sévit dans son pays. Et il pourrait avoir à superviser la succession du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, âgé de 82 ans – le premier véritable changement de pouvoir en Iran depuis plus de 30 ans.

Selon les experts, Khamenei a orchestré la victoire électorale de Raïssi, principalement en empêchant des challengers solides de lui tenir tête. Khamenei voulait quelqu’un qui voit le monde comme il le voit et qui fera en sorte que sa vision lui survive. En tant qu’ancien élève de Khamenei, qui a été nommé par son mentor à tous les postes importants qu’il a occupés, Raïssi était une valeur sûre pour assurer l’héritage du guide suprême.

Mais que signifie pour l’avenir l’accession de Raïssi à la présidence ? Comment le partisan de la ligne dure va-t-il gouverner en tant que président, surtout maintenant que ses conseillers contrôlent toutes les branches principales du gouvernement iranien ? Les experts prévoient que le pays deviendra plus répressif à l’intérieur et poursuivra sa politique étrangère belliqueuse.

L’autre grande question est de savoir si la présidence de M. Raïssi fait de lui le grand favori pour remplacer M. Khamenei à la mort du leader vieillissant. Si tel est le cas, la façon dont M. Raïssi, 60 ans, gouverne pourrait donner des indices sur la façon dont il pourrait diriger l’Iran dans les décennies à venir. Et Raïssi est bien le numéro un des bookmakers politiques pour suivre les traces de son mentor.

Le bourreau de carrière qui descend de Mahomet

Des semaines avant l’élection présidentielle du 18 juin, il était déjà clair que les dirigeants iraniens souhaitaient la victoire de M. Raïssi. Le régime ne tolère que les personnes jugées suffisamment loyales au chef suprême pour se présenter aux élections présidentielles, mais il aime généralement les envelopper d’une couche de légitimité démocratique. Mais cette fois-ci, Khamenei et le Conseil des gardiens, composé de 12 membres et chargé d’approuver les candidats, ont ouvertement laissé cette dimension de côté. Ils ont disqualifié toute personne susceptible de contester Raïssi, garantissant de fait sa victoire – peut-être considérée comme une étape nécessaire après la défaite surprise de Raïssi face à son prédécesseur Hassan Rouhani en 2017.

Le trucage était si flagrant, même selon les normes iraniennes, que le Corps des gardiens de la révolution islamique, l’organisation militaire et de sécurité d’élite chargée de protéger et d’assurer la survie du régime, a lui-même qualifié l’élection d’antidémocratique.

Un regard sur le passé de M. Raïssi permet de comprendre pourquoi le régime se donnerait tant de mal pour faire de lui le nouveau président. Il est né à Mashhad, dans le nord-est de l’Iran, la même ville que celle dont est originaire Khamenei, et ses ancêtres remontent au prophète musulman Mahomet (c’est pourquoi il est autorisé à porter un turban noir). Né dans une famille de clercs, il a reçu une éducation religieuse. Il n’a toutefois jamais atteint le statut d’ayatollah, le plus haut rang du clergé chiite en Iran.

Au lieu de cela, Raïssi a rejoint le système judiciaire iranien en 1981 et est devenu procureur général adjoint dans la capitale Téhéran à peine quatre ans plus tard. C’est dans ce rôle en 1988, vers la fin de la guerre Iran-Irak, qu’Amnesty International a lié Raïssi aux exécutions extrajudiciaires de prisonniers politiques. « Entre 4.500 et 5.000 hommes, femmes et enfants ont été assassinés dans les prisons d’Iran au cours de l’été 1988 », écrivait le groupe de défense des droits de l’homme en 2013. Les défenseurs de Raissi nient son implication.

Raïssi a continué à faire carrière, aidé en grande partie par la nomination de Khamenei au poste de dirigeant suprême en 1989. Il est notamment devenu le procureur général de Téhéran en 1989, le premier adjoint au chef de la justice iranienne en 2004 et le procureur général du pays en 2014. Au cours des cinq dernières années, M. Raïssi est devenu l’une des figures de proue du régime iranien. En 2016, Khamenei l’a nommé à la tête de la puissante fondation Astan Quds Razavi, un groupe prétendument caritatif qui gère l’important sanctuaire de l’Imam Reza et d’autres institutions.

En 2019, Khamenei a confié à Raïssi les rênes du système judiciaire iranien, où il a utilisé sa position pour réprimer la corruption, bien qu’il se soit concentré sur ses opposants politiques. La même année, M. Raïssi a été élu vice-président de l’Assemblée des experts iraniens, qui – fait intéressant – élira le prochain dirigeant suprême après la mort de M. Khamenei.

La principale tâche de Raïssi ? Aider Khamenei à réaliser sa vision d’une seconde révolution islamique

Maintenant, Raïssi va donc devenir le président de l’Iran, ce qui fera de lui le deuxième homme le plus puissant du pays après Khamenei lui-même. Mais ce qu’il fera exactement avec ce pouvoir n’est pas tout à fait clair. Il n’a pas donné beaucoup d’informations à ce sujet pendant l’élection, en partie parce qu’il n’avait pas vraiment besoin de faire passer un message, puisque l’élection était déjà dans sa poche. Mais les initiés soulignent qu’il est depuis longtemps ultra-conservateur sur les questions intérieures, comme l’élimination de la dissidence politique et la limitation des droits des femmes, et qu’il reste très critique à l’égard de l’Occident dans ses idées de politique étrangère.

La bonne nouvelle potentielle pour l’Occident et l’administration Biden est toutefois que M. Raïssi est disposé à respecter les termes de l’accord nucléaire de 2015, qui limitait le programme nucléaire iranien en échange de la levée des sanctions. Il peut sembler contradictoire que M. Raisi se déchaîne contre l’Occident tout en souhaitant que l’accord nucléaire reste en place. Mais les experts estiment que la position du religieux est logique: son protecteur Khamenei avait permis la conclusion de l’accord initial, et la levée des sanctions aiderait grandement l’économie iranienne en difficulté.

Mais en fin de compte, la principale tâche de M. Raisi sera d’aider Khamenei à concrétiser sa vision d’une deuxième révolution islamique, dirigée par la jeunesse du pays. Bon nombre des principaux religieux du pays ont 70 ans ou plus, et plus de 40 ans se sont écoulés depuis la révolution islamique de 1979. Khamenei souhaite que des changements soient apportés afin d’insuffler un sentiment permanent de révolution à la prochaine génération d’Iraniens.

Pour ce faire, Khamenei pourrait faire passer le gouvernement d’un système présidentiel à un système parlementaire, éliminant ainsi une source majeure de friction entre les bureaux du président et du chef suprême, et facilitant la mise en œuvre des réformes par le gouvernement. Il est peu probable que M. Raïssi s’y oppose, et il n’aura guère de mal à étouffer les opinions dissidentes du public ou du gouvernement.

A quand la sortie de la version iranienne de Vladimir Poutine ?

La santé de Khamenei – il a 82 ans et on pense qu’il est atteint d’un cancer de la prostate – est l’un des secrets d’État les mieux gardés de l’Iran, mais il a depuis survécu à tout un peloton d’hommes plus jeunes que l’on pensait être ses successeurs. Si Khamenei souhaite peut-être que Raïssi lui succède, les transferts de pouvoir dans les États autoritaires sont par nature imprévisibles. La popularité déjà limitée de M. Raïssi – attestée par un taux de participation électorale record – risque de baisser encore une fois qu’il sera au pouvoir et qu’il devra répondre d’une économie en panne qu’il ne pourra pas réparer, et d’une répression politique et sociale qu’il intensifiera.

L’une des clés de la longévité de Khamenei – il règne depuis 1989 – a été sa capacité à utiliser les institutions non élues de l’Iran pour renforcer son pouvoir tout en utilisant les institutions « élues » de l’Iran pour éviter de rendre des comptes. Il pourrait confier la répression politique et les mesures de répression aux Gardiens de la révolution tout en tenant le président iranien pour responsable de l’économie défaillante du pays. Mais l’élection de son disciple, Raïssi, rendra difficile pour Khamenei de continuer à faire du président iranien le bouc émissaire de ses propres échecs.

Une autre inconnue est de savoir si les gardiens de la révolution – qui ont longtemps éclipsé le clergé en tant qu’institution la plus puissante d’Iran – continueront à s’en remettre aux religieux vieillissants en tant que commandants en chef. Il semble tout à fait possible qu’une version iranienne de Vladimir Poutine – un officier de l’armée ou des services de renseignement qui remplace le nationalisme chiite par le nationalisme perse – dirige les futures générations iraniennes plutôt qu’un autre clerc gériatrique.

Sur le même sujet:

Plus
Lire plus...
Marchés