L’immense réserve naturelle d’Alaska pourrait être détruite par des forages gaziers et pétroliers

Un caribou dans l’Arctic National Wildlife Refuge en Alaska (Epa)

À l’avenir, il sera possible de forer dans l’Arctic National Wildlife Refuge (ANWR) en Alaska. Telle est la décision du président américain Donald Trump. Des licences à long terme seront accordées à des entreprises pour l’extraction de pétrole et de gaz dans la précieuse réserve naturelle.

Trump voudrait accorder ces permis avant les élections présidentielles, afin que la décision ne puisse pas être défaite si un autre était élu à la place de Donald Trump en novembre prochain.

Un écosystème unique

Le secteur de l’énergie défend cette décision. L’exploitation de la réserve fournira du travail pour les locaux et offrira une nouvelle impulsion à l’économie de l’État, fortement dépendante du pétrole. Un avis que partage Michael Dunleavy, gouverneur de l’Alaska.

Les démocrates, dont le candidat à la présidentielle Joe Biden, considèrent aussi que la mesure est un ‘cadeau’ au secteur américain de l’énergie. Mais d’un autre côté, la décision pourrait surtout endommager l’écosystème unique de l’Arctique et défavoriser les populations locales. Joe Biden souhaite d’ailleurs protéger durablement la réserve naturelle. Les associations environnementales dénoncent également la décision du président.

Le département américain de l’Intérieur pourrait organiser une vente aux enchères avant la fin de l’année. C’est en tout cas ce qu’a annoncé David Bernhardt, ministre américain de l’Intérieur. En conséquence, une administration ultérieure, dirigée par exemple par les démocrates, ne pourrait pas empêcher l’exploitation du sol.

Les forages dans la réserve naturelle sont légaux depuis l’adoption d’une loi il y a trois ans. Cette mesure législative faisait partie du plan de Donald Trump pour augmenter la production de combustibles fossiles aux Etats-Unis. Selon Bernardt, l’exploitation pourrait éventuellement commencer dans 8 ans. Il s’attend à ce que cela dure au moins 50 ans.

Caribou, ours, etc.

L’Arctic National Wildlife Refuge couvre une superficie plus de 78.000 km². Pendant plusieurs décennies, il était illégal de forer dans la réserve pour récupérer des matières premières. Récemment, plusieurs grandes banques américaines ont déclaré qu’elles ne financeraient plus l’exploration dans l’Arctique.

La zone n’est pas spécialement adaptée aux activités de forage notamment à cause du terrain accidenté et du manque d’eau. En outre, peu de techniques peuvent être utilisées pour atteindre la poche de gaz ou de pétrole. La réserve nationale de pétrole dans le nord-ouest de l’Alaska est beaucoup plus appropriée.

(EPA-EFE/JIM LO SCALZO)

La réserve naturelle recueille des ours et des caribous. Le Gwich’in Steering Committee, fervent défenseur des caribous de la région, a déjà annoncé qu’il n’abandonnerait pas la lutte contre l’arrivée de forages. Le groupe environnemental Earthjustice a également annoncé qu’il contesterait légalement la décision du gouvernement américain.

La production de pétrole de l’Alaska a fortement diminué au cours des trois dernières décennies. Actuellement, la région produit environ 500.000 barils par jour. Il y a trente ans, il y avait en moyenne plus de 2 millions de barils chaque jour.