Les vendeurs porte-à-porte font grimper le nombre de plaintes dans le secteur énergétique

Flickr

Le service fédéral de médiation de l’énergie a reçu 7.055 plaintes l’an dernier, soit 5% de plus qu’en 2018 et le total le plus élevé depuis 2012. Les pratiques de vente sont la principale cause de cette augmentation.

Le nombre de plaintes croît d’année en année. Là où auparavant, c’était principalement les compteurs et les factures qui posaient problème, on parle surtout du caractère douteux des techniques de vente aujourd’hui. Les vendeurs intrusifs dans les magasins ou qui font du porte-à-porte représentent déjà plus de 20% des plaintes.

‘Chaque année, elles sont en augmentation’, affirme le médiateur Eric Houtman. ‘Quand j’ai commencé il y a 10 ans, c’était un phénomène secondaire’, précise celui qui émet quelques suggestions à l’adresse du futur gouvernement.

Lire aussi: Les Belges plus que jamais dans le collimateur des pirates informatiques

Il propose par exemple de simplement interdire la vente des contrats énergétiques au porte-à-porte. Afin de rendre les comparaisons de prix plus transparentes, les fournisseurs pourraient par ailleurs être obligés de mentionner toutes les composantes de prix au lieu de l’unique montant de l’énergie par kilowattheure.

En outre, le médiateur propose de réintroduire le ‘mécanisme de filet de sécurité’ du gouvernement Di Rupo. Ce système régulait les indexations de prix et les couplait aux prix des pays voisins. Le gouvernement Michel a mis un terme à ce mécanisme fin 2017.

Lire aussi: Les données de 160.000 clients belges d’Allianz subtilisées aux Pays-Bas