Les partisans ukrainiens perturbent la machine de guerre russe depuis les arrières

Après 102 jours de guerre, la Russie a pu conquérir plus de 20 % du territoire ukrainien. Dans de nombreuses villes, cependant, les citoyens résistent farouchement à l’occupant. À Melitopol, par exemple, qui se trouve entre la péninsule de Crimée et les républiques séparatistes pro-russes, les partisans ukrainiens s’efforcent de boycotter les Russes par tous les moyens possibles.

Melitopol est indispensable à la Russie pour obtenir un pont terrestre reliant la Crimée au reste de la Russie. Dès les premiers jours de l’invasion russe de Ukraine, la ville est devenue la proie des troupes russes. Si la conquête a été relativement facile, l’occupation l’est beaucoup moins. Chaque jour, des dangers guettent les occupants russes.

Le 18 mai, une grenade a été lancée sur un poste de commandement et un train a été détruit, le 22 mai, une station radar et une section de la ligne ferroviaire ont été sabotées, le 29 mai, des manifestations pro-ukrainiennes ont eu lieu dans la ville et le lendemain, la maison d’un collaborateur a explosé. Selon l’Ukraine, les partisans présents dans la ville ont pu tuer déjà une centaine de soldats russes de cette manière, avec des petites attaques répétées. « Notre peuple fait tout pour brûler la terre sous les pieds des occupants russes », a déclaré le maire de la ville, Ivan Fedorov.

Capitale de la résistance

Entre-temps, Melitopol a même été déclarée « capitale de la résistance ukrainienne ». Mais ce n’est pas le seul endroit où la population résiste. Car à Kherson, une ville située à cent kilomètres à l’ouest de Melitopol, les habitants ont également opposé une résistance farouche. L’aéroport voisin a été dynamité par les partisans au moins vingt fois depuis la conquête. À Enerhodar, ville située sur le fleuve Dniepr et dominée par la centrale nucléaire, le maire collaborateur Andrei Shevchuk a survécu de justesse à un attentat.

L’attaque la plus créative contre les soldats russes a toutefois eu lieu à Izioum, d’où est dirigée l’offensive russe dans le Donbas. Une vieille dame sympathique a donné à des soldats russes affamés un gâteau qui s’est avéré être empoisonné. À partir d’appels téléphoniques interceptés entre un soldat russe et sa petite amie, les services de renseignement ukrainiens ont pu déterminer que huit soldats avaient également trouvé la mort.

Traction avant du tracteur

Mais les attaques ne visent pas seulement les soldats eux-mêmes. Les stocks d’armes ou de carburant en territoire occupé explosent régulièrement, et la « brigade ukrainienne John Deere », comme on surnomme les fermiers qui récupèrent le matériel militaire avec leurs tracteurs, est occupée à remorquer les chars, véhicules blindés et camions-citernes que les Russes ont abandonnés. En Russie également, notamment dans les zones frontalières, des réservoirs de carburant volent régulièrement dans les airs.

Cependant, les partisans n’opèrent pas entièrement seuls : lorsqu’en 2015, pendant la guerre dans le Donbas, plusieurs attaques de partisans ont échoué, le gouvernement a décidé de créer les forces d’opérations spéciales (SSO), qui coordonnent les attaques des unités spéciales avec l’aide de l’intérieur, c’est-à-dire des partisans. Le SSO est également chargé de former les Ukrainiens ordinaires aux « armes secrètes », cédées par les pays occidentaux, drones et lances-missiles principalement, qui s’avèrent extrêmement utiles.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20