Les nouvelles technologies ne sont pas plus nocives pour la santé mentale des jeunes

(Pixabay)

Les réseaux sociaux et les écrans ont un impact sur le bien-être des jeunes. Cela a été clairement prouvé. Mais de nombreuses personnes pensent que les nouvelles technologies sont de plus en plus mauvaises, au vu de la dégradation de la santé mentale des jeunes. Mais une récente étude dénonce cette croyance.

La santé mentale des jeunes se dégrade depuis plusieurs années. Dépression, mal-être, problèmes émotionnels, etc. Cette observation a été réalisée dans plusieurs pays et il est difficile d’en comprendre les causes. Beaucoup de personnes ont accusé les réseaux sociaux et les nouvelles technologies. Tout comme les jeux vidéo, la radio ou encore les comics books ont été pointés du doigt en leur temps, à tort.

Il est clair que les smartphones font partie intégrante de la vie des jeunes. En 2020, en France, les jeunes entre 9 et 24 ans utilisent en moyenne leur téléphone pendant 4 heures tous les jours, selon BFM TV. Le rapprochement a été vite fait: augmentation de l’utilisation des nouvelles technologies = augmentation des problèmes de santé mentale.

Pas de renforcement

Sauf qu’une étude de l’Oxford Internet Institute assure que le renforcement de ce lien ne peut pas être prouvé. L’étude explique qu’il y a certainement un lien de cause à effet entre les technologies et les problèmes de santé. Mais selon les chercheurs, ‘la connexion ne se renforce pas’.

L’étude britannique s’est basée sur des données concernant les jeunes de 9 à 26 ans. Les questions concernaient leur utilisation des réseaux sociaux, de la télévision et d’autres technologies, mais aussi leur état mental.

Les chercheurs n’ont trouvé qu’un cas où le renforcement du lien de cause à effet était prouvé. Selon eux, le lien entre réseaux sociaux et problèmes émotionnels serait plus fort par rapport aux années 2010. Par contre, la télévision et les réseaux sociaux seraient aujourd’hui moins susceptibles de provoquer des dépressions chez les jeunes.

La conclusion de l’étude indique qu’il n’y a pas de preuves que les technologies sont de plus en plus nocives pour les jeunes. Toutefois, les chercheurs pensent qu’il faudrait des études plus poussées et plus de transparence de la part des entreprises technologiques pour mieux comprendre leur impact sur les plus jeunes.

En savoir plus: