Les nouvelles centrales à gaz devront se passer d’énergie fossile

Quiconque envisage de construire une centrale au gaz dans les années à venir devra le faire à long terme sans émettre de gaz à effet de serre, selon les règles de fonctionnement élaborées par la Creg, le régulateur fédéral de l’énergie.

D’ici deux ans, trois nouvelles centrales à gaz seront déployées en Belgique. Ces nouvelles centrales doivent rester opérationnelles si les centrales nucléaires ferment en 2025 et que le pays passe aux énergies renouvelables. 

Le gouvernement prévoit un soutien pour les investisseurs dans des capacités de production supplémentaires. Cela se produit via le mécanisme CRM ou le mécanisme de rémunération de capacité. Ce soutien sera octroyé dans le cadre d’une vente aux enchères et est en principe neutre sur le plan technologique. Mais dans la pratique, il est impossible d’éviter de nouvelles centrales au gaz.

À l’initiative de la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten (Groen), une clause de durabilité a désormais été explicitement incluse dans les règles de fonctionnement du mécanisme CRM. Celles-ci concrétisent la sortie des énergies fossiles.

Concrètement, les investisseurs potentiels doivent s’engager par écrit dans leur dossier à atteindre des émissions nulles ou négatives de gaz à effet de serre d’ici 2050 au plus tard. Plusieurs candidats investisseurs ont déjà indiqué vouloir faire fonctionner leurs centrales au gaz à l’hydrogène vert à long terme.

Sur le même sujet:

Plus
Lire plus...
Marchés