En Europe, les centrales au gaz causent désormais le plus d’émissions de CO2 de tout le secteur énergétique

Centrale électrique au gaz de Niederaussem en Allemagne (Christoph Hardt/Geisler-Fotopress/ Picture Alliance – Isopix)

Les centrales au gaz sont devenues la principale source d’émissions dans le secteur énergétique de l’Union européenne en 2020. Le gaz a progressivement remplacé le lignite. C’est ce qui ressort d’une analyse du groupe de réflexion spécialisé Ember, basée sur des mesures des émissions de dioxyde de carbone de plus de dix mille grandes installations industrielles.

Les chercheurs ont découvert que les centrales électriques au gaz représentaient un total de 33% des émissions du secteur l’année dernière. En revanche, les installations au charbon et au lignite ont chuté respectivement de 27% et 23.

Quotas d’émissions

‘C’est la première fois que le gaz émerge comme la plus grande source d’émissions dans le secteur énergétique de l’Union européenne’, indique le rapport. ‘Les centrales électriques au gaz européennes ont émis 236 millions de tonnes de CO2 l’année dernière. Le lignite et le charbon représentaient respectivement 205 millions de tonnes et 154 millions de tonnes.’ Les chercheurs soulignent qu’il y a 8 ans, le gaz ne représentait que 16% de ces émissions.

Le lignite est la source d’énergie avec les niveaux d’émissions les plus élevés. Mais historiquement, cette roche proposait les prix les moins chers de l’industrie. ‘Cependant, l’année dernière, ce n’était plus le cas en raison des taux d’émissions élevés et des prix bas de gaz’, soulignent les chercheurs. Le gaz était devenu le combustible le moins cher du marché.

Charles Moore, analyste chez Ember, souligne que la baisse de l’utilisation du charbon coïncide avec l’augmentation des prix des quotas pour les émissions carbone dans le système européen. ‘En outre, il y a aussi une plus grande utilisation de l’éolien et du solaire’, affirme Moore.

‘Il y a une tendance claire ici. L’énergie éolienne et l’énergie solaire chassent le charbon, devenu relativement plus cher ces dernières années, du marché. Mais la hausse des tarifs sur les émissions de CO2 a également poussé les pays à utiliser plus souvent le gaz pour la production d’électricité. Il y a sans aucun doute un passage du charbon au gaz, motivé par les tarifs d’émissions.’

Les émissions des centrales au gaz sont restées relativement stables ces dernières années. Il y a 6 ans, le niveau a atteint 227 millions de tonnes. En 2019, un pic a été atteint à 250 millions de tonnes. En 2020, les émissions sont retombées au niveau d’il y a 4 ans. L’UE continue d’adopter des objectifs climatiques de plus en plus stricts. La consommation de gaz fossiles devrait donc encore diminuer dans les années à venir, selon Moore.

Avertissement

Cela semble conforme aux attentes de l’industrie. En février, Siemens Energy a annoncé qu’elle supprimerait 7.000 emplois dans sa division gazière d’ici le milieu de cette décennie. ‘Le marché de l’électricité subit une transformation fondamentale’, a souligné Christian Bruch, directeur général de Siemens Energy.

‘Il y a une évolution rapide vers des sources d’énergie renouvelable et des solutions à faibles émissions. Cela se traduit par une nette croissance de l’énergie éolienne et solaire, un statu quo pour le gaz naturel, le nucléaire et l’hydroélectricité, et une baisse du charbon et du pétrole.’

Pour Moore, cela devrait être un avertissement clair pour des pays comme la Pologne, qui envisagent de remplacer certaines de leurs centrales au charbon déficitaires par de nouvelles entités alimentées au gaz.

‘La décision prise aujourd’hui de remplacer une grande centrale électrique au charbon par une centrale au gaz devrait tenir compte du fait que la nouvelle production ne pourra pas démarrer avant le milieu de cette décennie.’

‘Cela signifie que les années les plus rentables pourraient être perdues à cause des travaux de construction. Au moment où les usines pourront démarrer, elles risqueraient de devenir obsolètes, car les nouvelles technologies auront atteint leur vitesse de croisière d’ici là.’

Pour en savoir plus:

Source: BusinessAM
Lire plus
Marchés