Les jeunes Européens optent de plus en plus pour l’extrême droite

De plus en plus de jeunes citoyens européens semblent enclins à soutenir les candidats d’extrême droite lors des élections. En outre, plusieurs des candidats d’extrême droite européens ont moins de trente ans, écrit Lori Hinnant, correspondante de l’agence de presse Associated Press (AP). En Belgique, Dries Van Langenhove du Vlaams Belang a 26 ans. En France, Jordan Bardella du Rassemblement national, a 23 ans. Peter Kofod du Parti populaire danois, a 29 ans. Enfin, en Espagne, Manuel Mariscal, porte-parole principal du parti Vox, a 27 ans.

Les partis d’extrême droite européens présentent des candidats âgés de 20 à 30 ans afin d’attirer les jeunes électeurs. Pour cela, ces partis organisent des campagnes agressives sur les médias sociaux afin de diffuser leurs messages.

Messages

« Ces candidats font partie d’une tentative croissante des partis d’extrême droite européens de présenter leur message eurosceptique anti-migration aux jeunes », explique Hinnant. “Les jeunes électeurs européens se déplacent plus rapidement que leurs aînés vers la droite. »

Les résultats des élections en Italie, en France, en Espagne et en Autriche illustrent cette tendance. Par ailleurs, ce phénomène pourrait avoir des conséquences majeures sur les élections de ce mois-ci. Le résultat de ce scrutin déterminera la composition du Parlement européen et de certains gouvernements nationaux.

« L’extrême droite a réalisé un effort très explicite pour toucher un public plus jeune », souligne Julia Ebner, chercheuse à l’Institute for Strategic Dialogue, un groupe de réflexion de gauche. « L’extrême droite a également réussi à cerner les griefs et les craintes des jeunes et à utiliser leurs points de référence linguistiques et culturels. »

Il s’agit d’un changement important par rapport à l’extrême droite de l’après-guerre en Europe. Cette extrême droite était à l’époque identifiée aux nazis et à un Holocauste qui a tué 6 millions de Juifs. Ce mouvement était marginalisé par les gouvernements et éclipsé par une Europe unifiée.

Selon leurs opposants, les candidats d’extrême droite actuels ont ouvert la voie à de vieilles croyances racistes et à un appel implicite à la violence, mettant ainsi en avant une idéologie pro-chrétienne anti-islam.

Migration

Ces partis d’extrême droite visent un groupe démographique qui n’a aucun souvenir des croyances extrémistes qui ont traversé le continent et qui ont conduit à une guerre mondiale qui a laissé presque toute l’Europe en ruine.

Dans l’ensemble de l’Europe, la droite a gagné du terrain auprès de l’électorat en général, mais sa force parmi les jeunes électeurs, qui sont traditionnellement de gauche, a été une surprise. En Italie, en Autriche, en Allemagne et en Belgique, les idées de droite ont reçu un impressionnant soutien de la part des jeunes.

L’idée centrale selon laquelle la population européenne est en train d’être déplacée culturellement et ethniquement par des minorités est au cœur des préoccupations. Cependant, les migrations vers l’Europe ont ralenti à un rythme effréné. Pourtant, le continent doit encore faire face aux conséquences d’un afflux important de réfugiés arrivés ces dernières années.

Selon plusieurs études, les migrations et l’asile sont décrits par les jeunes Européens comme le problème le plus urgent de l’Europe. L’environnement arrive loin derrière, en deuxième position.

Selon Dries Van Langenhove du Vlaams Belang, les personnes âgées se déplacent souvent vers les régions rurales où elles ne rencontreront pas beaucoup d’étrangers. « Cependant, les jeunes sont au cœur de problèmes », explique-t-il. « Ils doivent déménager en ville pour leurs études et leur emploi. » L’emploi est un point sensible.

« La génération qui s’engage aujourd’hui dans les mouvements politiques nationalistes est la génération qui sera bientôt appelée à diriger l’Europe », a déclaré Bardella.

Cause perdue

C’est exactement ce que craint Pawel Zerka, chercheur au Conseil européen pour les relations extérieures. Selon Zerka, les partis politiques traditionnels ont à peine tenté de faire appel aux électeurs plus jeunes. Ces partis considèrent ce jeune électorat comme une cause perdue. Très peu de jeunes se rendent aux urnes.

« De nombreux jeunes Européens ne croient plus en un avenir meilleur. Ils sont souvent convaincus que le passé était meilleur que le présent. L’Union européenne actuelle et les partis politiques traditionnels n’offrent pas aux jeunes une vision crédible ou attrayante de l’avenir. Cela a ouvert la porte à l’extrême droite. »

« Cependant, il n’est pas certain que la popularité de l’extrême droite sur les médias sociaux se traduise également par des votes aux élections », a déclaré Manuel Mostaza Barrios, analyste chez Atrevia, consultant. « Les candidats les plus suivis sur les réseaux sociaux ne sont pas nécessairement ceux qui obtiennent le plus de votes. »