Les grands gagnants de la crise du coronavirus? Les Big Tech

Mark Zuckerberg – EPA

Cette semaine, de nombreux géants de la technologie publient leurs résultats trimestriels. En cas de pandémie mondiale aussi, il y a de bonnes affaires à la clé.

Les investisseurs dans le domaine des technologies connaissent une semaine du tonnerre. Microsoft a annoncé un bénéfice net de 10,8 milliards de dollars américains au dernier trimestre. Cela représente 22 % de plus que le même trimestre de l’année dernière. Les consommateurs en quarantaine utilisent davantage la vidéoconférence… Et allument davantage leur Xbox.

Facebook a doublé son bénéfice net pour atteindre 4,9 milliards de dollars. L’entreprise du CEO Mark Zuckerberg voit des ‘signes de stabilité’ après l’effondrement des recettes publicitaires en mars.

Google a également vu ses revenus publicitaires diminuer, mais la société mère a tout de même enregistré une augmentation de ses revenus grâce aux bonnes performances de YouTube et des services de cloud computing. Ces dernières sont bien sûr cruciales pour les télétravailleurs.

Les actions de toutes les sociétés susmentionnées ont grimpé en flèche. Tesla était la cerise sur le gâteau pour les investisseurs. L’action a fait un bond de 9 % lorsqu’elle a pu déclarer des bénéfices pour la toute première fois au cours du premier trimestre.

Les perdants

Avec le plus grand commerce en ligne et une position de leader mondial sur le marché des services dans le cloud, la société de Jeff Bezos semble être faite pour tirer parti de la crise du coronavirus. Le chiffre d’affaires d’Amazon a atteint plus de 75 milliards de dollars au cours du premier trimestre. Mais comme elle a fait moins de profits que les prévisions, l’action a chuté de 6 % après la publication des résultats de la société.

Parmi les grandes entreprises technologiques bien connues, Apple, en particulier, est tombée par-dessus bord lors de la tempête coronavirus. Le chiffre d’affaires des ventes d’iPhones a diminué de 7 % par rapport à l’année dernière. Le chiffre d’affaires total, 58,3 milliards de dollars, a légèrement augmenté par rapport à l’année dernière, mais la croissance ralentit. En janvier, la chaîne d’approvisionnement d’Apple à partir de la Chine, où sont fabriqués la plupart des appareils, a été gravement perturbée. Et en mars, la demande d’appareils Apple en Europe et aux États-Unis s’est effondrée.

Apple lancera quelques nouveaux appareils haut de gamme en septembre, mais il n’est pas certain que beaucoup de consommateurs pourront (ou voudront) s’offrir un smartphone aussi cher d’ici là…

Lire aussi: