Les géants tech à la traîne, la palme de l’entreprise la mieux réputée revient cette année à…

Une ville faite de briques Lego à la foire de construction de modèles de Thuringe, en Allemagne, le 7 février. (Martin Schutt/dpa-Zentralbild/dpa)

Lego est en tête de liste des entreprises les mieux réputées au monde pour la quatrième année consécutive, selon une enquête annuelle. Disney la suit de près, les deux entreprises apparaissant dans le top 10 chaque année depuis 2011.

L’innovation, l’investissement dans la formation du personnel et l’accent mis sur la qualité: autant de bons points qui ont permis à Lego de décrocher (une fois de plus) le sacre de l’entreprise la mieux réputée au monde. L’enquête a été réalisée sur plus de 80.000 personnes dans 15 pays par le Reputation Institute, pour son étude Global RepTrak rapportée par CNBC.

Interrogés sur la façon dont ils percevaient une entreprise, notamment ses produits, sa gouvernance, son leadership, ses performances financières, son degré d’innovation et sa ‘citoyenneté’, ou encore comment elle se comportait en tant qu’entreprise dans la société en général, les répondants ont donné 78,9 points sur 100 à Lego, une légère avance devant Disney à 78,1 points. Le reste du top 10 est composé de Rolex, Ferrari, Microsoft, Levi Strauss, Netflix, Adidas, Bosch et Intel.

Innovation

‘Ils font de leur mieux en matière d’innovation et sont capables de s’adapter d’année en année (et) d’élargir leur offre de produits’, indique Isadora Levy, directrice du Reputation Institute, à propos de Lego et Disney. Elle cite par exemple le passage de Disney au secteur du streaming et celui de Lego aux petites briques végétales/recyclées d’ici 2030. Preuves qu’ils répondent aux exigences des consommateurs.

Disney a particulièrement investi dans l’éducation, de quoi la propulser en haut de l’affiche: en 2018, l’entreprise a injecté 50 millions de dollars dans la formation du personnel, notamment en finançant l’enseignement supérieur et les cours professionnels.

Les géants tech, grands absents

On ne peut malheureusement pas en dire autant des géants technologiques, aux abonnés absents. Les absences de Google et Apple se font particulièrement sentir, alors qu’ils étaient respectivement premier et deuxième au début de l’enquête en 2011. Google fait figure de grand perdant, alors qu’il était présent dans le top 10 chaque année jusqu’en 2018. Apple y a été classé cinq fois en dix ans.

‘Avec la montée de cette remise en question de la transparence au sein de l’organisation, avec la façon dont ils traitent les fournisseurs tiers ou les personnes qui interagissent dans leur chaîne d’approvisionnement, le salaire minimum… Tout le thème autour du lieu de travail a changé et nous avons commencé à examiner ces grandes entreprises technologiques avec plus d’attention’, déclare la directrice du Reputation Institute.

Et que dire des polémiques dans lesquelles est englué Google depuis quelques mois. En novembre dernier, l’entreprise licenciait quatre employés, officiellement pour avoir consulté des documents auxquels ils n’auraient pas dû accéder. Une décision qui a provoqué un tollé chez les travailleurs de Google, y voyant plutôt une mesure de représailles pour avoir participé à des mouvements de protestation.

Plus récemment, c’est la cheffe des ressources humaines d’Alphabet qui s’est retrouvée au cœur d’un scandale avec les employés. L’entreprise était notamment critiquée pour la façon dont elle a (mal) traité des affaires d’actes sexuels indésirables… La DRH a depuis quitté son poste.

Lire aussi: