Les forages pétroliers et gaziers dans le collimateur de Joe Biden

(AP Photo/Andrew Harnik)

L’administration Biden devrait annoncer ce mercredi la suspension temporaire des nouvelles concessions pour des forages pétroliers et gaziers sur les terres ou dans les eaux fédérales.

Durant la campagne présidentielle, Joe Biden s’était engagé à interdire tout nouveau forage de pétrole ou de gaz au niveau fédéral. Cette promesse devrait être actée ce mercredi, dans le cadre d’une deuxième série de décrets présidentiels visant à lutter contre le changement climatique. Plus globalement, le président démocrate vise la neutralité carbone du secteur énergétique d’ici 2035 et de l’ensemble de l’économie d’ici 2050.

Le moratoire sur les nouvelles concessions devrait principalement impacter de vastes territoires dans les États de l’Ouest, ainsi que les zones de forages offshores du Golfe du Mexique. Selon un rapport gouvernemental datant de 2018, près du quart des émissions de CO2 aux USA provient d’énergie produite sur des zones fédérales.

Une précision toutefois: la décision concerne bien les concessions et non les octrois de permis. Cela signifie donc que les projets qui se sont vus accorder une concession, notamment dans les derniers jours de l’administration Trump, pourraient encore recevoir un permis pour lancer des forages.

Volte-face

Cette politique du président Biden constitue une volte-face complète par rapport à celle de son prédécesseur à la Maison Blanche, Donald Trump, qui cherchait lui à maximiser la production de pétrole, de gaz et de charbon aux États-Unis.

Un changement vivement critiqué par l’industrie des énergies fossiles. ‘Limiter l’exploitation (d’énergies fossiles) sur les terres et les eaux de l’État ce n’est rien de moins qu’une politique visant à importer davantage de pétrole’, a déclaré Mike Sommers, président de la plus grande fédération des professionnelles de l’industrie pétrolière et gazière aux Etats-Unis, dont les propos sont rapportés par l’AFP. ‘La demande en énergie va continuer à s’accroître, notamment avec l’amélioration de la situation économique, et nous pouvons choisir de produire cette énergie ici aux Etats-Unis ou de dépendre de pays étrangers hostiles aux intérêts américains.’

A contrario, les partisans de la pause dans l’octroi des concessions estiment qu’elle permettra d’effectuer les réformes dont ce système a besoin. ‘Une pause dans les concessions, comme le président s’est engagé à le faire, donnerait aux agences une chance de réparer ce programme cassé’, a déclaré Chase Huntley, directeur de l’énergie et du climat à la Wilderness Society.

Lire aussi: