Les États-Unis approuvent un contrat d’armement de 750 millions de dollars pour fournir Taïwan en artillerie lourde

Le département d’État américain a approuvé la vente éventuelle de systèmes d’armes de type obusiers autopropulsés à Taïwan. Il s’agirait d’une transaction pouvant atteindre 750 millions de dollars. C’est ce que rapporte l’agence Reuters.

Pourquoi est-ce important ?

Depuis quelque temps, la Chine accroît sa pression militaire en mer de Chine méridionale autour de l'État insulaire indépendant de facto de Taïwan, que Pékin considère comme une province rebelle. Comme son prédécesseur, le président américain Joe Biden espère soutenir Taïwan par des moyens militaires.

L’accord ne se limite pas aux obusiers. Il comprend également 1 698 kits de munitions guidées de précision, des pièces de rechange, des formations, des stations au sol et des mises à niveau pour la précédente génération d’obusiers de Taïwan.

L’approbation du département d’État américain fait suite à la vente d’armes à l’île l’année dernière, notamment des drones, et des systèmes de défense antimissiles sur les côtes. Elles visent à améliorer les capacités militaires de Taïwan et à dissuader une éventuelle invasion chinoise.

« Préserver la stabilité régionale »

Le ministère taïwanais de la défense a exprimé sa « sincère gratitude » au gouvernement américain dans un communiqué publié jeudi, indiquant que la vente aiderait ses forces terrestres à accroître leur « capacité de réaction rapide et d’appui-feu », rapporte Reuters.

Le ministère a qualifié la poursuite du soutien américain en matière d’armement de « base pour le maintien de la stabilité régionale ».

En revanche, le ministère chinois des affaires étrangères a déclaré qu’il était « fermement opposé » à cette vente et qu’il avait pris des « mesures sérieuses » envers les États-Unis.

Cette vente constitue une ingérence dans les affaires intérieures de la Chine, a déclaré le porte-parole. Il a averti que la Chine prendrait des contre-mesures au fur et à mesure de l’évolution de la question.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés