Les entreprises britanniques paient plus pour leurs émissions que les entreprises européennes après le Brexit

Les entreprises britanniques paient plus de 75 £ (90 €) par tonne d’émissions de CO2, alors que les entreprises similaires de l’UE paient jusqu’à environ 85 € par tonne. C’est ce que rapporte The Guardian.

Ces derniers jours, la différence entre ce que les entreprises britanniques et européennes paient pour les émissions s’est légèrement réduite, mais elle se situe autour de 8-9 euros par tonne depuis un mois. Cela représente un excédent d’environ 10 % payé par les entreprises britanniques.

ETS

Le coût plus élevé des émissions, selon The Guardian, est le résultat du refus du gouvernement de lier le marché britannique du carbone au marché européen plus vaste après le Brexit.

« Cette différence place l’industrie britannique dans un désavantage concurrentiel important par rapport à ses rivaux européens à une époque où les prix de l’énergie augmentent fortement, mais elle n’apporte aucun avantage environnemental supplémentaire », note le journal.

Selon Lawson Steele, responsable de la recherche sur le carbone et les services publics à la Berenberg Bank, « le marché britannique du carbone est dans l’ombre de l’EU ETS (European Emissions Trading Scheme, ndlr). Puisque le Royaume-Uni veut commercer avec l’UE, et l’UE avec le Royaume-Uni, il serait logique que les entreprises opèrent sur la même base carbone. »

La hausse des prix du carbone, des prix de l’énergie et l’absence d’un accord post-Brexit avec les États-Unis font fuir les investisseurs, explique Joe Morris, de UK Steel, qui représente l’industrie sidérurgique. « Cela affecte la compétitivité des entreprises sidérurgiques, qui est liée à l’investissement dans celles-ci. Cela affecte la confiance de nos membres et n’est pas bon pour les personnes qui travaillent dans le secteur ».

« Nous devons travailler avec des partenaires internationaux »

Selon The Guardian, le gouvernement britannique n’aurait pas expliqué pourquoi il a jusqu’à présent rejeté un lien avec le système européen. L’une des raisons probables est le désir d’une « rupture nette » ou d’un Brexit dur, par lequel le moins de liens possibles avec les réglementations de l’UE sont maintenus.

En revanche, les libéraux-démocrates et les verts, qui sont dans l’opposition, ont demandé que le système britannique d’échange de quotas d’émission soit lié au système européen.

Le leader des libéraux démocrates, Ed Davey, a déclaré que « le Royaume-Uni a besoin d’une politique climatique ambitieuse. Ce sera toujours mieux si nous travaillons avec des partenaires internationaux. Le fait est que les conservateurs ne parviennent pas à le faire. Et cela frappe les entreprises britanniques au pire moment, alors que les entreprises à forte consommation d’énergie doivent faire face à des prix du gaz très élevés. »

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20